Musique

À l’aube d’une nouvelle capsule mode et après des années de mystère, Paul Van Haver annonce : "Stromae, ce n’est pas fini". Et son label Mosaert encore moins.

Coralie, Paul et Luc entrent par la grande porte, une large grille aux barreaux de fer froids, un jour de pluie. Dans le même geste que le battant, c’est LaVallée, à Molenbeek, qui leur ouvre ses bras : une ancienne blanchisserie industrielle, une authentique église vaudou un temps, et aujourd’hui, 6 000 mètres carrés de ruissellement créatif, de tripotage artistique et d’aventure entrepreneuriale. Des ateliers emplis de bric et de broc en enfilade et des artistes partout, architectes fous, céramistes géniales ou illustrateurs peinturlurés.

Avant le succès, Luc est la porte à laquelle Paul frappe pour faire écouter les embryons de ses "leçons". "Je lui trouvais plus de bagout que moi : il était plus ouvert et il avait un avis toujours intéressant." Le succès venant, les vieilles habitudes restent, et les deux signent un contrat fraternel sans se l’avouer. "Ça a longtemps été difficile pour nous deux d’admettre que c’était un vrai boulot", se souvient Paul Van Haver. L’autre complète : "J’ai porté bien malgré moi la casquette de directeur artistique sur le premier album, mais je l’assumais à moitié. J’étudiais à l’IHECS en même temps, et j’aidais Paul de mon mieux pour la musique en studio, puis pour les visuels et les concepts autour des clips".

Puis viennent les tournées, les milliers de spectateurs, le succès, et il faut s’y faire : la musique est devenue un métier et l’entreprise une affaire de famille, par la force des choses. Coralie, assise dans l’espace d’exposition de LaVallée, corrige : "C’est plus une affaire de caractère que de famille ! Ils sont amis, au-delà d’être frères : il y a quelque chose qui les lie, au niveau de l’esthétique, des goûts… Quant à nous, Paul est venu vers moi en tant que styliste – même si on s’est mis ensemble six mois plus tard". Plutôt "un chouette concours de circonstances", s’entend-on, sur une banquette en plastique rouge.

Il lance dans la brèche qui vient de s’ouvrir, « Stromae, ce n’est pas fini ». Non, « la réalité, c’est que moi, je voulais une vraie pause.


Découvrez ce long entretien sur ParisMatch.be.