Musique Malgré un jury 4 étoiles, les audiences du premier prime de The Voice n’ont rien de spectaculaire.

Serait-on en train d’assister à la fin d’une époque? Toujours est-il que le premier prime de The Voice France n’a rassemblé, samedi soir, que 6,38 millions de téléspectateurs (soit 30,7% de parts de marché) contre 6,8 millions de fans (soit 33,8% de PDM) l’an dernier. Ce qui en fait le pire lancement de son histoire...

Évidemment, il serait hâtif de conclure que The Voice n’intéresse plus personne. D’autant qu’on a déjà vu des émission qui redressaient la barre en cours de saison, pour finir en véritable feu d’artifice. D’autant que tous les moyens ont été mis par la chaîne privée pour fédérer le maximum de fans: aux côtés de Florent Pagny, Zazie et Mika, c’est un autre poids lourd du disque français qui a pris place dans le fauteuil de juré: Pascal Obispo. Lequel a été chaleureusement accueilli par la public, boosté par Nikos Aliagas, indétrônable à la présentation.

Pour inaugurer cette septième saison en beauté, les quatre coaches ont entonné un Chanter (de Pagny) de circonstance, avant de céder le plateau aux premiers candidats de ces premières auditions à l’aveugle.

La première à être retenue... par Pascal Obispo est Solia, qui a fait se retourner les trois garçons du jury. Place, ensuite, à Ecco, dont on entendra sans doute beaucoup parler. Sa reprise de Life On Mars (de Davis Bowie) a fait dire à Zazie: "J’ai vu une grande Vénus, une magnifique artiste".


Mais la concurrence est rude puisqu’une autre fille, Drea Dury, a, elle aussi, marqué les esprits. Sa reprise de Rude Boy de Rihanna, a bluffé l’assistance et Mika, en particulier, qui la voulait dans son équipe.

Autre temps fort pour le baptême du feu du nouveau juré: ce moment où Rébécca interprète Lucie, chanson ô combien chère au cœur d’Obispo, qui ne peut retenir ses larmes. Mais la révélation de la soirée, c’est sans doute Gulaan qui, en interprétant une chanson traditionnelle de Nouvelle Calédonie, est sorti des sentiers battus, pour la plus grande joie de Zazie, qui l’a pris sous son aile.