Musique

Après 4 ans d’absence, la star du R&B était de retour, ce mardi soir, pour enflammer le Sportpaleis d’Anvers

« On est là pour vous rendre heureux, lance Usher en plein concert. Quatre ans qu’on ne s’était plus vu. Vous m’avez manqué. Merci de partager cette incroyable expérience avec moi! » L’expérience dont il parle, c’est le nouveau volet de sa tournée The UR Experience Tour qui visite, en ce début 2015, pas moins de 23 villes européennes.

Très discret sur le plan médiatique ces derniers temps -plus connu pour avoir sauver Justin Bieber-, le kid du Tennessee a prouvé qu’il n’avait rien perdu ni de sa voix, ni de son déhanché, ni même de son sex-appeal (du moins, selon toutes les nanas présentes dans la salle qui n’avaient d’yeux que pour le sexy black). Avec Nico&Vinz en première partie, les amateurs d’Afrobeat ont même pu apprécier le duo norvégien qui cartonne en ce moment avec leur tube Am I Wrong et leur nouveau titre aux consonances francophones, Dans tes bras.

Un danseur hors pair

Entre ses virées vocales sur ses plus grands tubes (Scream, Yeah! ou Love In This Club) , ses fructifiantes collaborations (OMG avec Will.i.am, Dj Got Us Fallin’ In Love avec Pitbull ou son Whitout You avec David Guetta) et ses ballades enivrantes (Climax, U Remind Me ou I Need A Girl), il a aussi le chic pour faire chavirer les coeurs des demoiselles en détresse sentimentales sur U Got it Bad et surtout Burn. «Une chanson que j’ai écrite suite à une rupture (avec la célèbre "C" des TLC, plus connue sous le nom de Chilli Thomas Ndlr.) » confie-t-il.

Surtout, qu’à l’une ou l’autre exception près, l’américain a réarrangé ses morceaux pour s’éloigner de la version radio ou disque connue de chacun. Un régal pour les oreilles et pour les yeux. Même si, pour une fois, il n’a pas ôté le marcel de ses biscottos, préférant son chapeau de fourrure à la Davy Crockett. Usher Raymond IV restan, à 36 ans, un showman et danseur hors pair. Aussi en transe -au sens propre comme au figuré- que son public, l’homme aux 50 millions d’albums et 8 Grammy’s Awards a fait virevolter la salle sur ses inimitables pas de danses endiablés. Malgré une salle loin d’être bondée et un son qui laisse à désirer (vive le bourdonnement dans les oreilles), Usher balance un show simple -peu d’artifices et doté d’une scène triangulaire aux plateformes amovibles- mais d’une efficacité redoutable. Mention spéciale à sa troupe de danseurs en pleine démonstration de break dance, les glissades du kid du Tennessee en personne voire encore ses pompages sur les escaliers. Ou une simulation de coït sur les marches, ça dépend de quel point de vue (homme ou femme) on se situe… Usher-ement torride!

Site officiel: http://www.usherworld.com