Musique

L'actrice Christine Citti et amie de Marie Trintignant a décidé de prendre la plume pour s'adresser au chanteur Bertrand Cantat.

"Je me suis tue 15 ans. Je ne peux plus. En tuant une de mes amies les plus chères, tu as percé un trou sans fond dans mon cœur et dans celui de beaucoup d’autres", écrite-elle dans cette lettre publiée sur le Huffington Post.

Elle regrette notamment le fait que l'ancien leader de Noir Désir soit de retour sur scène et donc sous les projecteurs.

"Tu as juridiquement le droit d’exercer ton métier, de donner des concerts, de parler dans les journaux de ton travail, de ta douleur, de ta tentative de suicide… Tu as le droit de te victimiser, même si cela nous fait douter de la sincérité de tes remords, et du changement de ton comportement vis-à-vis des femmes."

Christine Citti évoque ensuite les obligations que doit avoir, selon elle, Bertrand Cantat. "Ton devoir d'artiste ne serait-il pas de montrer à ceux qui commettent CHAQUE jour des actes de violence physique et psychique sur les femmes, leur montrer qu'il n'y a rien de beau, de fort, de romantique à de tels actes ? Ton devoir moral d'artiste ne serait-il pas de leur montrer ta honte d'avoir donné les coups qui ont entraîné la mort de Marie ? De dire que l'amour ce n'est pas surveiller, contrôler, maltraiter, brutaliser, écraser l'être aimé ? Ta main qui joue de la guitare, qui tient le micro, c'est la main qui a frappé à de multiples reprises, qui a tué. En te produisant sur scène, tu te poses en icône romantique et rock."

Elle conclut en affirmant qu'il n'en a plus la possibilité après avoir tué. "Tu ne peux plus être cette icône. Tu as le droit d'exercer ton métier. Tu peux écrire, composer, enseigner, ou que sais-je... Mais NON tu ne peux plus être un héros dans la lumière."