Musique

Saule chante qu’il est Un type normal . Nous, on lui trouve plutôt beaucoup de talent…

NOUVELLE CHANSON FRANÇAISE Géant vert. Album bio. Saule, sans les pleureurs, signe sans doute le meilleur de ses trois disques, plus ensoleillé que Western sur le générique duquel on l’avait quitté voici trois ans.

Pour le coup, c’est dans une brasserie qu’on le retrouve. Il attend son lunch, il est de très bonne humeur. Ceci n’étant pas lié à cela. Quoique. Cela dit, il a de quoi être heureux, Baptiste Lalieu : les premières critiques réservées à son Géant sont unanimement positives et on lui prévoit le meilleur.

Par la grâce de qui, de quoi, allez savoir… Mais la magie opère et l’intéressé a peut-être une ébauche d’explication. Depuis mon dernier album, j’ai pas mal travaillé. J’ai écrit, notamment, le disque de Stéphanie Crayencour et ça m’a beaucoup plu. Surtout, à un moment donné, ça m’a donné envie de m’y remettre, pour moi. De retrouver Saule…

Et là, une fois les vannes ouvertes, Baptiste a laissé couler près de soixante titres. Parmi lesquels il a fallu opérer un sacré tri. Son fil conducteur, son idée fixe : s’arracher à l’ombre de Western et aller vers la lumière. Retrouver, en quelque sorte, celui que j’étais dans Vous êtes ici, mon premier album.” Tout en ayant grandi, évidemment. Mûri, fait des enfants que l’on entend joliment faire des la la la sur Le bon gros géant , chanson en forme d’auto-clin d’œil.

C’est sûr que la paternité m’a changé , confirme-t-il. Peut-être pas dans la manière d’écrire, mais dans les thèmes abordés, dans les préoccupations…

L’autre belle histoire – enfin, une autre belle histoire – de cet album, c’est la rencontre avec Charlie Winston. Les deux garçons s’étaient croisés, Baptiste avait eu l’occasion de dire à Charlie qu’il aimait beaucoup son Hobo , les numéros de téléphone avaient été échangés. Depuis, ils ne s’étaient pas perdus de vue, chacun vaquant toutefois à ses occupations.

En reprenant contact avec lui, Baptiste ne pense pas un instant à lui proposer de réaliser Géant . Éventuellement à faire un duo, oui, mais j’avais surtout envie de parler musique avec lui. Il m’a demandé dans quelle direction j’allais, je lui ai dit que j’avais bien envie qu’un anglophone le réalise et c’est lui qui s’est proposé .”

À l’arrivée, donc, Charlie Winston fera les deux : il réalisera et chantera en duo sur le titre Dusty men , premier et imparable single qui tourne déjà en radio. Un titre dans lequel deux has been de la chanson s’invectivent joyeusement. J’ai mon style, tu as ton style… chantent-ils, chacun dans leur langue et comme en écho. Une phrase qui s’adapte aussi à leur collaboration ? “Il a mis sa griffe sur cet album qui est pourtant à 100 % le mien , précise Saule.

Parmi les conseils que Charlie lui a donnés, il y en a un qui a même fini par donner son titre à une chanson : L’économie des mots . Je trouvais la formule très juste , dit-il. C’est une tournure que l’on n’aurait jamais imaginée en français. J’ai donc, souvent, pensé à ça. Musicalement, aussi, Charlie est allé là où j’avais envie d’aller.” En suggérant, çà et là, un arrangement, un son, un accord. Le tout dans le cadre idyllique d’un studio niché au cœur de la verdure, à quelques encablures de Paris. Hélas !, non, cette maison que l’on voit dans le livret n’est pas la mienne , rigole Baptiste. Mais j’y suis resté pendant un mois, en août, et c’était magique. On enregistrait quand on voulait, on a même capté des sons dans le jardin, des bruits de pas que j’ai utilisés sur Le bon gros géant !”

Saule, Géant , Pias



© La Dernière Heure 2012