Musique L‘exposition consacrée à Prince, qu’accueille Amsterdam, déçoit. Non par son contenu mais par ses tarifs prohibitifs.

On se faisait une fête de découvrir l’exposition My Name is Prince consacrée à Prince qui a pris ses quartiers à quelques enjambées de la gare d’Amsterdam jusqu’au 8 juin. Parce que le Kid de Minneapolis décédé en 2016 était un artiste hors-norme et majeur des dernières décennies. Parce que présenté à Londres en mars de l’année dernière, l’événement avait attiré la grande foule. Les 21 jours d’exposition initialement prévus - un clin d’œil aux 21 concerts donnés dans la capitale britannique par le chanteur en 2007 - se sont mués en plus de 3 mois !

L’attente était donc grande. Mais au final, quelle déception ! Non pas que les pièces présentées ne soient pas à la hauteur. Les costumes de scènes de Prince présentés, tout comme ses nombreuses guitares, sont magnifiques. Ils permettent de se rendre compte de la taille extra small de l’artiste et sont dans un état de conservation absolument saisissant. On aurait aimé avoir plus de manuscrits de ses chansons ou encore des dessins que le Purple One réalisait pour faire faire ses costumes, mais ceux qui sont présentés suffisent pour se rendre compte à quel point Prince était impliqué à fond dans tout ce qu’il faisait. Un véritable artiste à 360°.

Parmi les regrets, il y a l’absence - criante - d’une pièce mythique : la célèbre moto du film Purple Rain. Dommage également de ne pas avoir droit à des extraits de concerts ou de sessions d’enregistrement issus du fameux coffre-fort de l’artiste à Paisley Park. On sait qu’il regorge de trésors. On aurait aimé en avoir un aperçu, ne serait-ce que léger, lors de la visite de cette exposition. Autre déconvenue : l’univers de Paisley Park, la résidence-studio de Prince, n’est évoqué qu’à travers des photos et quelques images statiques sur des écrans. Tout cela n’a pas l’envergure ni l’interactivité des expositions du genre récemment consacrées à David Bowie ou Pink Floyd.

Mais tout ça ne serait rien si le prix d’accès n’était pas prohibitif. Sur Internet, le prix d’entrée annoncé est de 17 €. Au guichet, il passe à 19 €. Mais à ce prix-là vous ne pouvez y accéder que du lundi au vendredi entre 10 h et midi… Si vous souhaitez la visiter l’après-midi, comptez 21 €. Et 25 € les samedi et dimanche. Et encore, à ces tarifs, vous n’aurez pas accès à toute l’exposition. Car une partie dite VIP ne se visite que moyennant le ticket complet qui est à 50 € ! Cet extra vous permettra de découvrir l’impressionnant nécessaire de maquillage de Prince (à faire pâlir de jalousie Céline Dion !), sa garde-robe de tournée et la table de mixage de Paisley Park. Ah oui, vous aurez aussi le droit d’être pris en photo avec une guitare du maître entre les mains et vous recevrez un livre à la sortie. C’est sympa mais c’est hors de prix pour une visite en famille et une exposition de cette taille. D’autant qu’il vous faudra encore débourser le trajet pour vous rendre à Amsterdam.

Jusqu’au 8 juin au Conference Centre Beurs van Berlage, à Amsterdam. Infos: www.mynameisprince.com