Musique

Célia Fée, la comédie musicale de Philippe Lafontaine:à partir du 13 décembre

BRUXELLES On parle décidément trop peu de la vie privée des vedettes. Saviez-vous, par exemple, que, depuis près de trois ans, Philippe Lafontaine est un (jeune) grand-papa? La nouvelle petite fée du logis se prénomme Célia. Et elle a déjà inspiré une fée de scène qui portera le même prénom. La comédie musicale Célia Fée sera créée le 13 décembre au Centre culturel d'Uccle où le spectacle tiendra l'affiche jusqu'au 7 janvier.

Philippe Lafontaine ne chantera pas. Sur scène, cinq interprètes qui seront, à la fois, chanteurs, danseurs et comédiens. Ce sont des personnages tout à fait dignes de l'imagination fertile de l'auteur: le rôle de la fée a été confié à Mélanie Dermont, une chanteuse liégeoise de 17 ans, totalement inconnue mais à la voix exceptionnelle; Nathalie Stas (du groupe Adrénaline) sera Yolande, une pyramide; Pierre Bodson sera Marcel l'échelle; Philippe Résimont, Humphrey le wagonnet, et Vincent Antoine, Buggy l'ordinateur.

Philippe Lafontaine: `L'ordinateur en face duquel je passe le plus clair de mon temps n'est pas très loquace. Or, le siècle qui s'achève pousse à une réflexion à propos des machines. Où peuvent-elles nous emmener? Comment peuvent-elles nous handicaper par rapport à certaines choses ou, au contraire, nous sublimer par rapport à d'autres? Le dénominateur commun de toute machine, que ce soit une guitare ou un ordinateur, c'est qu'on en fait ce qu'on veut. On peut éborgner quelqu'un avec une cuiller ou s'en servir simplement pour manger sa soupe. Je me suis demandé ce qu'il serait possible d'imaginer avec une machine et je suis parti de l'idée d'une usine. Une usine où l'on fabrique des nuages. Mais seulement de beaux nuages. Dans cette usine, arrive Célia, une jeune hôtesse un peu naïve, qui représente l'humanité.´ Les objets de l'usine l'échelle, le wagonnet, la pyramide et l'ordinateur entourent Célia et se mettent à vouloir imiter les humains. Ils lui demandent comment on fait pour pleurer. Ils veulent réaliser une fleur. Et cette fleur, à l'arrivée, est, bien sûr, une machine. Une machine en forme de fleurs multicolores, avec des pétales mus par des câbles.

Tel sera l'esprit du spectacle Célia Fée: `On va insérer les décors, les vêtements dans une histoire symbolique qui pourrait inspirer, aux adultes, des réflexions politiques, tout comme Le petit prince de Saint-Exupéry a suscité des questions aux adultes plus qu'aux enfants. Il y aura aussi des inepties proches du climat d' Alice au pays des merveilles.´

Le problème, dans les chansons de Philippe Lafontaine, ce sont les textes, rarement compréhensibles à la première écoute. Lorsqu'on lui en parle, le chanteur s'en sort par une boutade: `Les enfants ne comprennent pas nécessairement non plus tous les textes de Walt Disney.´ Ici, on comprend

Un budget de 10 millions

Philippe Lafontaine a commencé à songer à ce projet lorsque sa petite Célia avait six mois. Donc, voici deux ans et demi. A l'époque, il avait lui-même dessiné des costumes, des décors, réalisé le livret et ébauché les compositions. Puis il s'en ouvrit à Alain Leempoel, directeur de l'Adac, qui est devenu le producteur d'un spectacle dont le budget est de dix millions de francs: trente fois moins que celui des Dix Commandements. Philippe Lafontaine: `En Belgique, nous sommes des artisans et nous avons l'habitude qu'on nous demande plus avec moins. Il nous faut donc raconter une histoire meilleure. La première concernée, la petite Célia, semble adorer l'histoire. Elle connaît déjà les chansons. Et lorsqu'elle me les chante, je vous garantis que je suis déjà payé de tout ce travail.´

Célia Fée, comédie musicale de Philippe Lafontaine. Du 13 décembre au 7 janvier, au Centre culturel d'Uccle. Réservations: 0800/21 221.