Musique Il y a 30 ans sortait Joe le taxi , la chanson qui a lancé sa carrière.

Oui, les contes de fées existent et le destin de Vanessa Paradis en est un. Peut-être même le plus beau tant la carrière de la native du Val-de-Marne est magnifique, aussi bien en chanson qu’à l’écran et dans la mode. Trente ans après la sortie de Joe le taxi , le 45 tours qui l’a lancée sur la piste des étoiles, la Française affiche un palmarès exceptionnel avec sept Victoires de la Musique et un César.

Dès le plus jeune âge, il y avait de la graine de star chez Vanessa. Le 3 mai 1981, à huit ans seulement, elle fait sa première télé sur le plateau de l’ École des fans , avec Jacques Martin. Deux ans plus tard, elle enregistre une chanson écrite par Les Forbans mais le disque ne sortira jamais. Ce n’est que partie remise. En avril 1987 sort Joe le taxi et son riff au saxo qui va la propulser sur le toit du monde. Le 45 tours - dont une réédition à l’identique, avec sa pochette jaune et noire rappelant les couleurs des taxis new-yorkais, a récemment été mise en vente - va inonder le monde entier.

Du 1er août au 9 octobre, il se classe pendant onze semaines en tête du fameux Top 50. Il devient numéro un également en Belgique, s’invite dans les charts anglais où le français était absent depuis 1969 et le Je t’aime… moi non plus de Jane Birkin et Serge Gainsbourg. À 14 ans seulement, Vanessa Paradis vend 3,2 millions d’exemplaires de Joe le taxi . Le disque sortira même aux États-Unis sans toutefois y faire un carton.

Malgré ce succès planétaire, ses détracteurs sont nombreux. En 1988, elle est huée et sifflée pendant qu’elle interprète son titre lors du Midem . De quoi briser une carrière. Mais la jeune fille finira par tenir bon, au contraire de nombreux autres enfants stars. La suite, on la connaît. Elle rencontre Serge Gainsbourg qui lui écrit son deuxième album avec à la clé, en 1990, une Victoire de la musique comme artiste interprète féminine de l’année. Suivront des collaborations avec Lenny Kravitz, Bashung, M, Chamfort, Benjamin Biolay, etc. Elle s’impose aussi au cinéma, donnant la réplique à Gérard Depardieu, Jean Reno, Jeanne Moreau, Daniel Auteuil, Woody Allen, Sharon Stone et bien d’autres.

© DR


Ces enfants stars tombés dans l'oubli

Melody

© DR
 En 1989, une petite Belge de douze ans seulement vit un rêve éveillé. Fan de Roch Voisine, Melody, alias Nathalie Lefebvre, est repérée lors d’un concours de chant et signe un contrat avec Orlando, le frère de Dalida. Écrit par Guy Carlier, son single Y a pas que les grands qui rêvent s’envole dans le Top 50 où il se classe à la deuxième place. L’année suivante, Chariot d’étoiles fera encore un peu illusion avant que la sortie de son premier album, Danse ta vie , enterre ses espoirs de carrière. Depuis, Melody a complètement disparu de la circulation. Ni interviews ni site Internet. Absolument rien…


Ilona Mitrecey

© Belga
 Telle une météorite qui ne fait que passer, la jeune Ilona Mitrecey, huit ans, a marqué l’année 2005 avec son single Un monde parfait et l’album éponyme. Des paroles d’une naïveté enfantine sur une musique techno et son tube se vend à plus de 1,25 million d’exemplaires. C’est la meilleure vente de la décennie 2000-2010 en France et il ne sera détrôné qu’en 2014 par le hit Happy de Pharrell Williams. Suivra un deuxième album en 2006 et puis plus rien, retour à l’anonymat. Aux dernières nouvelles, elle suit des études de cinéma.


Les frères Hanson


© DR
 En 1997, Clarcke, Jordan et Zachary, respectivement âgés de 16, 14 et 11 ans, sont les rois du hit-parade avec leur tube MMMbop . Ils écoulent 16 millions de disques. Malgré six singles classés dans le Top 40 aux États-Unis, le vent tourne vite. Le magazine Rolling Stone classe MMMbop sixième pire chanson des années 90 et en 2000, leur deuxième album est un flop. Virés par leur maison de disques, les frangins Hanson créent leur propre label indépendant sans jamais retrouver le succès de l’époque. On les voit apparaître dans le clip de Last Friday Night (T.G.I.F) de Katy Perry et en 2013, ils ont lancé leur bière… MMMhop.


Jordy

© DR
Avec Dur dur d’être un bébé , Jordy, quatre ans en 1992, fait un tabac international. Il reste quinze semaines en tête du Top 50, vend 6 millions de disques et s’offre des tournées aux États-Unis et au Japon. Nommé aux Victoires de la musique, le bambin est sifflé et hué, ce qui met un terme à sa carrière. Mal gérés par ses parents, les millions gagnés s’envolent en fumée. Jordy tente un retour à la musique en 2006 avec le single Je t’apprendrai , avant de rapidement reprendre ses études. Il décroche son bac en 2009 et se lance dans une formation d’ingénieur du son.