VIDEO EXCLUSIVE: Patrick Bruel aux Francos

I.M. Publié le - Mis à jour le

Musique

Bruel en tête d'affiche, Orféo et Scala pour faire chauffer l'ambiance : deuxième nuit de folie...

Vidéo: Patrick Bruel aux Francos

Vidéo: Interview de Wendy Nazaré

Vidéo: Scala nous parle de Pierre Rapsat

Les Francos en images

Toutes les vidéos EXCLUSIVES

SPA De mémoire, on ne se souvenait pas d'une telle émeute lors de l'arrivée d'une star à Spa. A part peut-être pour Vanessa Paradis, l'an dernier. Et encore, c'était parce qu'on avait annoncé la présence de Johnny Depp ! A l'applaudimètre, à la photo volée avec le GSM et à la signature d'autographe, Patrick Bruel est incontestablement le roi.

Qui sait comment s'adresser à son public, le bougre. Il sourit, il dit quelques mots pour un petit fanzine, il pose avec les fans-qui-ont-essayé-de-faire-croire-qu'elles-étaient-journalistes. Un vrai pro. Et pour cause, ça fait un sacré bout de temps qu'il est dans le sérail.

N'empêche : sur scène, ce soir, devant 9.000 personnes, il l'avoue, il va moins faire le malin. C'est pratiquement le plus gros public de cette tournée où il est seul, ou presque, entouré seulement d'une formation minimaliste. "Les gens qui ont déjà vu le spectacle à Bruxelles, voici deux mois, ne devraient pas s'ennuyer, vu que chaque fois, et pour ne pas me lasser moi-même, je change des choses. "

Au départ de toute cette aventure, Bruel le rappelle, il a eu une émission de télé à Montréal. Le chanteur y avait été invité pour faire quelques titres, devant quelques personnes, pendant quelques minutes. "Quelques chansons, c'était 25, quelques personnes, c'était 500 et quelques minutes, c'était une heure quarante ", se marre-t-il.

Résultat des courses, plus d'un an plus tard, il est toujours à arpenter des scènes de plus en plus grandes... "Lors de ce premier concert, il y avait quelque chose de très intime et de très imparfait, qui me correspond parfaitement, parce que je n'aime pas trop préparer les choses. "

C'est là que, son DVD sous le bras, il propose le concept à son agent, qui lui dit "Oh, mais tu joues bien de la guitare ". "Je l'ai remercié de s'en rendre compte, ça faisait quinze ans qu'on bossait ensemble ", rigole-t-il franchement.

A Spa, en tous cas, il n'a pas du faire ses preuves pour que le public soit conquis. Et même si le thermomètre n'affichait qu'une grosse dizaine de degrés, à la nuit tombé, la température était chaude sur la place de l'Hôtel de Ville.

Patrick Bruel est arrivé seul sur scène avec sa guitare face à une foule qui n'attendait que lui. Juste dix petites minutes de retard pour un chanteur en toute simplicité



© La Dernière Heure 2009
I.M.