Musique Retour sur le phénomène planétaire qui s’empare de nos ados. Violetta, LA nouvelle idole de Disney.

La nouvelle coqueluche des 8-14 ans a un prénom : Violetta. Star d’une série musicale coproduite et diffusée depuis 3 ans par Disney Channel, Violetta a été lancée en Argentine - car inspirée des télénovelas - avant de s’exporter à travers le monde (140 pays, dont en Belgique sur Club RTL, pour être précis). Propulsant ainsi son héroïne, Martina Stoessel, au rang de star à seulement 13 ans (elle en a 17 aujourd’hui) grâce à son papa qui produit la série.

Regardée par plus de 40 millions d’enfants sur la planète, Violetta raconte les aventures (et amourettes) d’une jeune ado timide mais dotée d’une très jolie voix, héritée de sa mère. Cette dernière étant une célèbre chanteuse décédée lorsqu’elle n’était encore qu’une enfant… Surprotégée par son père, elle débarque alors dans une école d’art de la scène de Buenos Aires où elle y découvrira tous les secrets - amour, amitié, doutes - de la vie.

Bien que la série ne vole pas très haut selon ses détracteurs ("surjouée"; "redondante", etc.), elle n’en reste pas moins l’héroïne indépendante par excellence dont les ados raffolent. Succès retentissant en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire. 3 saisons (240 épisodes) donnant lieu à 4 albums, spectacles live (voir ci-dessous), produits dérivés (guitare acoustique, jeux vidéo, salon de manucure, poupée et même albums Panini aux couleurs de la série).

Même si la série vient d’être arrêtée en plein (en) vol. Violetta se terminant au terme de la troisième saison. C’est la principale intéressée qui l’a annoncé elle-même sur son compte Instagram avant de le confirmer au micro de RTL. "Je pense que la fin de cette tournée est comme un adieu, on se dit tous au revoir et le public le remarque aussi. Mais les adieux sont toujours spéciaux et à la fin de cette tournée nous allons suivre notre chemin." Celle qui désire désormais se consacrer à la musique n’oubliera cependant jamais ses fans (surnommés les Tinistas) ni d’où elle vient. "Je pense que Violetta m’accompagnera toute ma vie et ça sera toujours ainsi. Personne n’oubliera qui je suis et que j’ai été Violetta parce que ça restera pour toujours…"

Bref, dans la lignée de Miley Cyrus (Hannah Montana), Selena Gomez ou encore Britney Spears, Violetta Castillo est devenue le nouvel emblème de Disney Channel.


"Ye bouz aime bocoup !"

"Elle a une super-voix, elle danse bien et elle est trop belle !" C’est à peu près le discours tenu par toute une marée rose violette d’ados - en très grande majorité de population féminine, accompagnées de leurs parents -, toutes folles d’avoir pu voir leur idole en live, Violetta. Une cote de popularité que l’on calcule aux cris stridents et hystériques (les boules Quiès sont de mise) de ces jeunes âgés entre 4 et 16 ans, uniquement à la prononciation de son prénom.

1 h 45 de show simple - juste quelques confettis en forme de cœur, un plateau mouvant ou un immense écran géant qui se décompose en 4 parties - mais hyper rodé et efficace. La machine Disney a encore fait des étincelles, mention spéciale au final surprise sur… Libérée, délivrée, le tube de La reine des neiges. Adaptation de la série à succès, à mi-chemin entre High School Musical et Les Feux de l’amour, Violetta Live alterne chansons phares de la telenovelas (En mi mundo en tête), chorégraphies simplistes (histoire de pouvoir les refaire chez soi devant sa glace) et de saynètes d’amourette ou rivalité entre Violetta, Leon et Diego. Lesquels, alors que la foule connaît déjà par cœur les morceaux en… espagnol, font l’effort de pousser quelques dialogues en français. "Parissss, ye bouz aime bocoup. On va bouz chanter une chanchon." Trognon.

Avec ses talons hauts en buffalo, sa dizaine de tenues différentes (dont Roxy, clin d’œil aux fans fidèles surnommés les Tinistas) et ses jupes courtes mais jamais vulgaires, l’Alizée ibérique - malgré quelques play-back flagrants - affole les foules dans cette grande boum pour ados. Ou du Disneyland en concert.

Violetta Live, les 13, 14 et 15 mars au Palais 12 de Bruxelles. Réserv. : www.greenhousetalent.com ou www.ticketmaster.be.