Musique

L’accordéoniste souriant était venu 84 fois à Chansons à la carte


MONS L’accordéoniste Willy Staquet est mort, samedi matin, à l’âge de 89 ans. Le grand public, en Belgique, gardera, de lui, le souvenir de ses 84 prestations dans l’émission culte de la RTBF, Chansons à la carte.

Willy Staquet, son éternel sourire et son accordéon étaient une des marques de fabrique de l’émission présentée par André Torrent.

En 1983, lorsque ce rendez-vous cessa d’être diffusé, Staquet était déjà un musicien âgé de plus de soixante ans. Ses grandes années, c’était longtemps avant ! Il a connu l’époque où l’accordéon était le roi des instruments !

Dans les années 50 , dans la plupart des studios d’enregistrement, les orchestrations des chansons étaient confiées aux accordéonistes qui avaient tous leur orchestre. Certains sont devenus célèbres, comme Hector Delfosse qui, plus tard, allait créer La danse des canards. D’autres ont eu un succès qui s’est arrêté avec leur époque : Lou Logist qui a aidé Jacques Brel pour son premier disque. Willy Staquet faisait partie de cette famille-là.

Né à La Louvière en 1921, il avait un père… accordéoniste. Mais attiré par le jazz, il commença, lui, par le piano et la batterie. Vers 1950, installé à Mons, il passa à l’accordéon et à la musette, et il se mit à composer. Il a signé 1500 musiques.

En 1956, il fit ses débuts à la télévision, dans Musique Parade. Ce qui lui permit d’accompagner des vedettes : Line Renaud, Dalida, Sacha Distel puis, plus tard, Adamo.

Depuis dix ans, il s’était fait invisible : atteint de la maladie de Parkinson, il tenait à laisser de lui l’image d’un artiste et pas celle d’un homme souffrant.

© La Dernière Heure 2010