Musique

Wyclef Jean, 37 ans, est né dans les environs de Port-au-Prince mais a quitté Haïti dans son enfance

PORT-AU-PRINCE Le chanteur Wyclef Jean envisage de briguer la présidence à Haïti mais n'a pas encore pris de décision, a déclaré lundi la famille de l'artiste d'origine haïtienne.

Des rumeurs circulent sur la possibilité que le chanteur d'origine haïtienne entre dans la course présidentielle, depuis sa désignation en 2007 comme «ambassadeur de bonne volonté» par le président René Préval, qui ne peut briguer un autre mandat de cinq ans.

Dans une déclaration transmise par courriel à la presse lundi, la famille de l'artiste explique que «l'engagement de Wyclef Jean envers son pays d'origine et la jeunesse haïtienne est sans limites et qu'il demeurera son principal allié qu'il fasse partie ou pas du gouvernement». Si une décision est prise, les médias en seront immédiatement avertis, a-t-on ajouté.

Wyclef Jean, 37 ans, est né dans les environs de Port-au-Prince mais a quitté Haïti dans son enfance et grandi à Brooklyn, une des cinq circonscriptions de New York. Le chanteur a récemment déclaré à l'Associated Press qu'il avait l'intention de s'impliquer dans l'élection du 28 novembre, mais pas nécessairement en tant que candidat.

Wyclef Jean orchestre la campagne «Face to Face» visant à encourager les jeunes Haïtiens à aller voter et a aidé ces dernières années à recueillir des fonds pour Haïti par l'entremise de sa fondation Yéle Haïti.

La fondation a fait l'objet de critiques à la suite d'allégations sur des irrégularités dans le financement, à la suite du séisme du 12 janvier. Une enquête a montré que la fondation avait payé Wyclef Jean pour une prestation et acheté un espace de diffusion publicitaire sur une chaîne de télévision dont le musicien est copropriétaire. La fondation a embauché un nouveau cabinet comptable après la révélation de ces informations.

Wyclef Jean, qui a déjà dit avoir voté pour René Préval en 2006, n'aura pas la tâche facile s'il décide de se porter candidat. Les élections haïtiennes, souvent controversées et empreintes de violences, devraient compter des dizaines de candidats, qui ont jusqu'au 7 août pour se manifester. AP

© La Dernière Heure 2010