Séries Grâce à Game of Thrones, elle est devenue une des comédiennes les mieux payées au monde. Et la plus demandée..

Affirmer que Game of Thrones a changé la face d’Hollywood et la vie de la plupart de ses interprètes tient de l’euphémisme.

Pour décrocher le rôle de la mère des dragons, destiné à une comédienne blonde et effilée, alors qu’elle est petite (1,57 m) et brune, Emilia Clarke, alors totalement inconnue, s’était mise à danser comme un poulet pour se faire remarquer lors du casting. Aujourd’hui, elle fait partie des actrices les mieux payées de la planète avec un cachet de 10 millions $ par film plus un intéressement aux bénéfices ("Je suis une bonne négociatrice !") et tous les scripts de block-busters atterrissent dans sa boîte aux lettres. Ce n’est pas un hasard si après avoir tourné dans Terminator Genisys ("Je n’ai pas passé un bon moment. Personne n’a passé un bon moment. J’étais soulagée qu’il n’y ait pas de suite"), elle tient actuellement le haut de l’affiche dans le spin-off d’une autre saga mythique, Solo : A Star Wars Story.

Et même si le démarrage n’atteint pas les sommets espérés au box-office, elle n’en perd pas pour autant son sens de l’humour. "Ce qui m’a le plus fait connaître, c’est probablement mon rôle dans Game of Thrones , puis il y a le film sur Han Solo qui vient juste de sortir, mais je suis sûre que faire des images d’archives sera ce qui me rendra célèbre pour toujours", explique-t-elle dans une vidéo destinée à apprendre à faire des photos aseptisées de stars.

La grande force d’Emilia Clarke, c’est son humour. Allié à une grande confiance en elle. Elle n’a pas peur de casser l’image de Daenerys Targaryen, que ce soit via le prochain thriller de Phillip Noyce, Above Suspicion, ou de se montrer consternée lorqu’elle apprend que cette année, plus d’enfants ont reçu le prénom Khaleesi qu’Helen dans son pays, l’Angleterre.

Et même si Game of Thrones s’arrêtera l’an prochain (le tournage est déjà achevé pour elle), cela ne la préoccupe pas une seule seconde : elle est en train d’écrire son premier scénario, qui sera financé par sa propre maison de production. Couronnée nouvelle reine d’Hollywood, Emilia Clarke ne cédera manifestement pas facilement ce trône-là.