Télévision Le débat d'AB 3 va disparaître. Mais une nouvelle émission devrait venir en 2003, sans doute avec la même équipe

BRUXELLES Lancé il y a moins de trois mois, On en parle après, le débat du mardi soir sur AB 3, s'arrêtera début décembre, après la diffusion des deux derniers numéros (dont celui sur la frontière entre le sexe et l'amitié, programmé ce soir).

Après des débuts difficiles, l'audience s'était pourtant largement améliorée, atteignant parfois les 100.000 spectateurs. Mais l'émission en elle-même ne satisfaisait ni la chaîne ni ses animateurs. Un nouveau format est donc à l'étude.

`Même si on était content à certains niveaux, il y a mieux à tirer de ce type d'émission´, explique Philippe Zrihen, directeur des programmes d'AB 3. `Le résultat ne correspondait pas tout à fait à ce que l'on désirait. On réfléchit donc à une nouvelle forme de débat, que l'on pourrait mettre à l'antenne durant le premier trimestre 2003 et qui ne serait sans doute plus lié à un film.´

Une formule qui pourrait, selon toute vraisemblance, reprendre le même duo: Claude Rappé et Agathe Lecaron. `Claude et moi, on s'entend très bien´, confirme Agathe. `A priori, il devrait donc s'agir de la même équipe. Par contre, il se peut que l'on redéfinisse mon rôle. Ma place actuelle n'est pas évidente. Lors d'un débat sur le changement de sexe, on m'a prise pour une transsexuelle car j'étais assise parmi les invités! Sur le fond, il s'agit d'être mieux en adéquation avec la chaîne. Ici, ça faisait trop service public. C'était trop sérieux. J'ai 28 ans et j'ai envie de faire des choses plus légères!´

De son côté, Claude Rappé reconnaît également qu'il faut réfléchir à une nouvelle formule. `Quand on reçoit des écrivains ou des psychologues sur le plateau, ça donne des débats intéressants, mais pas spécialement des émissions spectaculaires. Il faut donc réfléchir à une émission qui corresponde mieux à AB 3, qui aille vers des sujets plus directs, tout en continuant à offrir un fond intelligent. De même, il y a un problème de forme. Le décor était trop clinique.´

Quant à sa participation à la nouvelle formule, il est ouvert. `C'est vrai que je n'ai pas besoin de ça pour vivre. Je suis scénariste à Paris. Ici, je gagne en 3 jours autant qu'en Belgique en un mois. Mais si AB 3 me propose de continuer, je serais heureux d'accepter. En tout cas, on planche sur la nouvelle formule dès jeudi. Et je souhaite continuer avec Agathe. C'est quelqu'un de pétillant et de dynamique!´ Frédéric Seront

© La Dernière Heure 2002