Télévision

Avec Dominique Henrotte, elle sort la troisième édition de L'année place royale

BRUXELLES Ce qui frappe en premier, c'est la couverture. Une magnifique photo, aux couleurs un peu passées, où le prince Philippe, accompagné de Mathilde, tient dans ses bras la princesse Élisabeth. Un cliché pris le 21 juillet, à l'occasion de la première activité officielle d'Élisabeth. "J'ai personnellement choisi cette image" , explique Anne Quevrin. "Pour moi, elle résume parfaitement l'année écoulée."

Avec plus de 10.000 exemplaires vendus pour chacun des deux premiers tomes, L'année place royale s'est imposé comme un véritable succès de librairie. À l'image de l'émission télévisée dont le livre est le prolongement. Écrit par Anne Quevrin et Dominique Henrotte (son adjoint en télé), cet ouvrage richement illustré (plus de 300 photos) retrace toutes les activités de notre famille royale, mais aussi des familles royales étrangères, de septembre 2005 à août 2006. On a droit aussi bien aux 80 ans de la reine d'Angleterre qu'aux 25 ans de mariage des grands-ducs luxembourgeois, en passant par les 175 ans de la dynastie belge, l'intronisation d'Albert II de Monaco, les voyages de nos Souverains ou les différentes naissances princières (dont celles, évidemment, du petit dernier de Philippe et Mathilde et des jumeaux de Laurent et Claire).

Pour Anne Quevrin, s'il fallait retenir un événement phare, ce serait les 60 ans d'accession au trône du Roi de Thaïlande. "Ce fut l'occasion d'avoir sur la même photo la quasi-totalité des familles royales du monde. Nous publions d'ailleurs le cliché sur une double page."

En Belgique, l'année royale fut marquée notamment par les attaques dont a fait l'objet le prince Philippe. Une polémique qu'Anne Quevrin évoque, mais succinctement... et pour prendre la défense de Philippe. "J'en parle, évidemment, parce que ça fait partie de l'actualité, mais je ne veux pas accorder à tout cela une importance qui n'est pas justifiée. J'étais sur place lors de la mission économique en Afrique du Sud où la polémique a éclaté et j'ai été outrée par l'ampleur prise par tout ça. Ce n'est pas parce qu'un homme d'affaires a été vexé que le Prince ne l'a pas reconnu qu'il faut s'en prendre ainsi à Philippe. C'est injuste. Je pense que ces attaques sont avant tout des prétextes. Et je me demande si tous les journalistes font leur métier. Moi, j'estime que mon métier consiste à montrer ce qui se passe réellement. Après, je laisse les gens juger. Je parle donc de la polémique, mais en replaçant les événements tels que je les ai vécus."

Pour Anne Quevrin, ces attaques visent d'abord la Belgique plus que les membres de la famille royale en tant que personnes. "On les attaque pour l'institution qu'ils représentent, parce que la royauté est le ciment de la Belgique. Et si Philippe est plus particulièrement visé, c'est parce qu'il incarne l'avenir." Quant à savoir ce que pensent vraiment les membres de la famille royale de toutes ces attaques, Anne Quevrin, qui les côtoie plus que tout autre journaliste, a sa petite idée. "Il suffit de lire le discours du Roi où il dénonce le repli sur soi de chaque région et le sous-nationalisme. Il y exprime clairement ses préoccupations."

L'année place royale 2006. RTL Éditions.



© La Dernière Heure 2006