Télévision La nouvelle station pourrait voir le jour en septembre. Cible: les 25-44 ans de la capitale et de la périphérie

BRUXELLES La niche laissée vacante suite à la disparition de Bruxelles-Capitale (RTBF) du paysage radiophonique ne risque pas de le rester très longtemps. Hier, Bernard Marchant, président du conseil d'administration d'Inadi (Rossel), et Jean-Jacques Deleeuw, le patron de Bel RTL, ont présenté leur plan de création d'une radio bruxelloise, francophone, pour les habitants de la capitale et sa périphérie (35 à 40 communes au total au lieu des seules 19 que compte la Région bruxelloise). Coeur de la cible: les 25-44 ans (parmi les 18-54) dans les catégories socioprofessionnelles 1 à 4, c'est-à-dire les plus élevées.

Le projet, pour l'instant nommé X 2, est déjà bien avancé. Le turbo a d'ailleurs été mis ces deux derniers mois. Mardi, a ainsi été déposée une demande d'obtention de fréquence auprès du ministre de l'Audiovisuel en Communauté française Olivier Chastel (MR). A l'heure où le plan de fréquence est en cours de finalisation, il n'est pas dit qu'une autorisation soit délivrée à Inadi et RTL.




Toujours est-il qu'à l'avenue Ariane, on croit dur comme fer à la viabilité de X 2. «Les groupes de travail ont été constitués en interne et ont bossé sur le contenu de la nouvelle radio, explique Jean-Jacques Deleeuw. Ce projet de city radio, ce n'est donc pas du vent.»

X 2 a une valeur hautement politique, avec un message fort adressé aux responsables francophones. FM Brussel, la nouvelle radio régionale néerlandophone, doit prochainement arriver sur les ondes (le 20 avril). Le dossier francophone entend donc contrer les possibles velléités d'expansion des Flamands. «Rien ne pourrait les empêcher, au vu de leurs résultats d'audience, de proposer des programmes en français.»

Si toutes les autorisations sont octroyées dans de brefs délais, X 2 (à rebaptiser avec, peut-être, le terme Bruxelles dans son intitulé) pourrait arriver sur antenne en septembre et surtout se différencier très fortement de Bel RTL. Aucune émission en tant que telle ou de grand rendez-vous infos. Le matin, en 7 h et 10 h, place à des flashs de news locales et de proximité mais aussi internationales, économiques... En journée: musique (75% au total) avec des décrochages de la rédaction et du scooter qui ira couvrir l'actualité sur le terrain. En soirée, la radio s'adressera aux grandes «tribus» de la capitale: communautés maghrébine, africaine, européenne...

Pour l'instant, le débauchage des grandes voix de la défunte Bruxelles-Capitale n'est pas à l'ordre du jour. Même si Pierre Joye a déjà rejoint Bel RTL depuis un mois.

© La Dernière Heure 2004