Télévision En septembre prochain, la chaîne française se lance sur le marché publicitaire belge.

"Il n’y a pas de surprise" , nous glisse la chaîne belge RTL-TVI, jointe par téléphone, en réaction à l’annonce officielle de l’arrivée de TF1 sur le marché de la publicité belge via la régie néerlandophone Transfer . "C’est une situation à laquelle on s’attendait. On en parle depuis des mois. Donc, ce n’est pas la panique à bord." Même son de cloche du côté de la RTBF qui ne désire pas s’exprimer davantage à ce sujet.

Si la chaîne privée belge se veut rassurante, il est normal de s’inquiéter. TF1 bénéficiant d’une part d’audience de 19 % en Belgique francophone, ce qui pourrait lui rapporter entre 20 et 30 millions d’euros, selon certaines estimations...

Mais le groupe français, qui estime qu’une telle démarche va aussi rapatrier des budgets publicitaires dans le Sud du pays, ce qui profiterait ainsi à toutes les chaînes dont RTL, va devoir respecter des règles très strictes en Belgique. "TF1 est dès lors tenue de signer une nouvelle convention avec son régulateur (à savoir le CSA français) pour pouvoir réaliser les ciblages publicitaires en Belgique francophone", explique le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) à l’agence Belga.

"L’accord avec le CSA français concernera essentiellement les règles relatives à l’insertion publicitaire et les règles imposées aux éditeurs belges relatives aux investissements à la production locale", précise toujours le CSA, qui se dit attentif à lutter contre le contournement des règles applicables dans notre pays. "Celles-ci causent en effet d’importants préjudices à la pérennité du paysage audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles, et en particulier à la capacité de ses acteurs à assurer la production et la diffusion de programmes propres, notamment de l’information comme des œuvres audiovisuelles, s’adressant à ses publics spécifiques."