Télévision L’humoriste et comédienne Carmela Giusto est la nouvelle chroniqueuse du Grand Cactus.

À côté d’un Renaud Rutten en Monsieur Propreté du CSA - qui se veut encore plus trash que la bande à de Warzée et qui n’en revient toujours pas qu’"un gars du Conseil supérieur de l’Audiovisuel m’a même appelé pour me dire qu’il avait adoré ma chronique" - , Carmela est le nouveau visage de l’émission humoristique de la RTBF.

Sa chronique? Carmela fait son cinéma. "Et pourtant, je ne suis pas plus cinéphile que cela, nous confie la jeune femme de 36 ans qui s’attaquera ce soir aux adaptations de BD à l’écran (comme Le Petit Spirou). Je suis plutôt fan de scène comme l’opéra et le théâtre." Quoi de plus normal pour cette docteur en littérature de l’UCL qui était encore, jusqu’il y a peu, professeure d’un atelier de création, d’interprétation et de mise en scène. "Depuis mes 5 ans, je n’ai jamais lâché le théâtre, raconte cette Belge d’origine italienne. J’ai baigné dans le cabaret napolitain. Ma famille est une galerie de personnages plus grotesques et attachants les uns que les autres (sourire) !"

Avec son mélange de belgitude et de caractère rital, on comprend mieux le style complètement déjanté de sa chronique. "Jérôme de Warzée est venu me voir en spectacle, explique celle qui vient d’écrire son premier one woman show, Calmez-la. Il a adoré mon énergie scénique. Je n’avais jamais fait de télévision avant. Je suis vraiment un bébé à la télé mais ils sont tous aux petits soins pour moi. La machine de guerre du Grand Cactus est super bien rodée." Le défi est donc d’apporter du neuf. "J’espère que ma chronique va apporter un moment de respiration où il y a une rupture d’énergie. On reste dans l’émission mais on en sort un peu aussi. En venant du théatre, je pense sortir un peu du lot. J’apporte une énergie différente."

Et Carmela ne se calmera pas en si bon chemin. La comédienne rend même un hommage inattendu à son modèle en participant au Grand Cactus. "Je suis une grande fan de l’humoriste Massimo Troisi à qui je rends hommage dans mon spectacle. C’est celui qui avait joué dans le film Le Facteur avec Philippe Noiret. Il m’a inspiré car il était souvent invité sur les émissions télé italiennes pour faire ce genre de conneries. Quand j’ai vu cette première du Grand Cactus , j’ai donc eu un petit coup de cœur. Je me suis dit que je faisais un peu les mêmes délires que Massimo. Je me suis alors sentie à ma place et en harmonie avec mon modèle qui a un peu suivi le même trajet."