Télévision Ce week-end, elle fait vivre des histoires aux enfants lors du Waterloo Historical Film Festival.

Le dernier quartier général de Napoléon, à Vieux-Genappe, va inhabituellement regorger de cris et de rires d’enfants, ce week-end. À l’occasion du Waterloo Historical Film Festival, Cathy Immelen leur y lira en effet des contes, à 10 h et 14 h 30, aussi bien samedi que dimanche.

"L’année dernière, j’avais adoré l’expérience malgré le stress, explique-t-elle . J’ai un diplôme d’animatrice de camps de vacances mais comme il n’y a pas d’enfants dans mon entourage, je me demandais si j’allais réussir à les captiver. Au bout de dix minutes, c’était parti. Mais à la fin du week-end, j’étais vidée ! J’ai eu une pensée pour les institutrices qui vivent ça toute l’année. Cette année, je sais à quoi m’attendre. Ce sont des lectures interactives, avec des histoires qui se déroulent dans un cirque et des images projetées sur un écran derrière moi. L’idée, c’est qu’ils participent autant que moi au récit. Et c’est gratuit, ce qui est très important à mes yeux."

Un rôle que la spécialiste cinéma de la RTBF prend très au sérieux. "C’est très visuel, avec des mimes, des imitations, des voix et parfois, je me roule même par terre (rire). Pour savoir si ça fonctionne, je m’entraîne donc seule chez moi."

Ses voisins doivent probablement se poser de grandes questions sur sa santé mentale, puisqu’elle s’imagine dans la peau d’un chameau, d’un singe, du Petit Chaperon Rouge ou du Grand Méchant Loup… "Je vis ça très intensément (rire). Mais ça amuse les enfants de voir un adulte à quatre pattes imiter le chien. Quand j’étais petite, j’enregistrais des cassettes pour essayer d’imiter les animateurs de la RTBF, Louis Michel ou Sandra Kim. Mais très mal ! Si j’en avais eu le talent, la comédie m’aurait bien convenu. J’ai tellement d’empathie que j’y crois totalement : je voyage dans ma tête. J’avais envoyé une photo pour le casting de Rosetta , des frères Dardenne. Mais je sais que je ne suis pas bonne comédienne. Le style naturaliste ne me convient pas. Au contraire d’une légère exagération… (rire) De toute façon, c’est le travail de la voix que je préfère."

Ce qui aurait pu convenir pour le doublage d’un dessin animé. "J’ai passé un casting, mais on ne m’a pas reprise (rire)." Échec qu’elle a aussi connu auprès de la Ligue Braille. "J’ai proposé de lire des romans pour les aveugles. Sans réponse. C’est dommage, car ça me plairait vraiment. Un ami m’a dit que c’était peut-être à cause de ma voix, très expressive, alors qu’il faut lire de manière assez neutre pour que les malvoyants puissent laisser voguer leur imagination. C’est possible. Mais je ne désespère pas d’avoir l’occasion de faire ces lectures ou de doubler un film d’animation. J’adorerais ça."

Une dernière réflexion qui la résume bien. Quelle que soit la situation, Cathy Immelen essaie toujours de voir le bon côté des choses. Convaincue que ce positivisme est communicatif. "Et puis, j’ai plein de rêves. J’aime imaginer que tout est encore possible, que se trouvent devant moi énormément de chemins que je n’ai pas encore choisis."

Celui pour lequel elle a opté la mènera à Waterloo ce week-end. Les enfants et leurs parents ne devraient pas le regretter.

À Paris pour soutenir Tatiana Silva

La date est cerclée de rouge dans son agenda : le week-end du 11 novembre, Cathy Immelen le passera à Paris. Mais pas pour des raisons touristiques. "Tatiana Silva est une amie très proche, et avec Elodie de Sélys et Thomas Ancora, on veut aller la soutenir pour Danse avec les stars . Elle en rêvait depuis des années et je sais qu’elle est un peu stressée. On espère donc la détendre par notre présence. Elle a changé de vie et c’est très important pour nous d’être présents physiquement pour elle."

Autrement dit, une élimination n’est pas envisageable aux yeux du petit groupe. "Non, elle danse trop bien ! On ne sait jamais comment un public va voter, mais elle est bien meilleure que pas mal de candidats."

Même si elle est curieuse de découvrir avec un regard professionnel les coulisses d’une aussi grosse émission, pas question pour Cathy Immelen de s’attarder en studio. "Le planning n’est pas fixé mais on va sans doute rester à Paris tout le week-end. Pas pour faire la bamboula : nous ne sommes pas vraiment les rois de la piste de danse. Par contre, papoter jusqu’à 6 h du matin comme des ados, c’est assez probable."

L’Histoire, sa grande passion

Véritable concentré de bonne humeur ("je crois beaucoup aux vertus de la pensée positive et du rire, mais aussi de l’ouverture aux autres"), Cathy Immelen ne s’enthousiasme pas que pour le cinéma. La cuisine et le tourisme l’attirent aussi comme des aimants. Mais ce qu’on sait moins, c’est qu’une autre passion surmonte encore tout ça : l’Histoire.

"Je passe ma vie à regarder les enregistrements de Secrets d’Histoire de Stéphane Bern. Et tous les soirs, je regarde des documentaires historiques, sur Internet ou sur Arte. Quand je lis, c’est quasiment toujours une biographie. Surtout relative à l’Histoire de France, mon dada. Ce goût, je l’ai depuis toujours. À l’école, l’histoire était mon cours préféré, juste devant la géographie. Visiter les musées, par exemple sur la Deuxième Guerre mondiale en Normandie, me fascine."

Pas besoin de lui demander d’explication que la grande bavarde souriante enchaîne : "J’ai toujours envie d’accumuler les connaissances et l’Histoire, c’est la base la plus importante pour comprendre le présent. Elle me permet aussi de me plonger dans la sociologie et les grands mouvements de pensée. On n’en sait jamais trop !"