Télévision Rencontre avec la nouvelle co-animatrice des Lives, Cécile Djunga. Une miss Météo et… ancienne candidate du concours.

"Je vais être une presque Walid, sourit la jeune humoriste belge dont le spectacle s’intitule Presque célèbre et qui remplace l’animateur lors des Lives avec Maureen Louys. Walid m’a dit de rester moi-même, d’être dans l’écoute et la générosité. Car il y a beaucoup d’impro en direct, ce n’est pas des blagues, on n’est pas là pour rire ! Avoir choisi une nana après Adrien Devyver et Walid est d’ailleurs un choix audacieux de la RTBF, j’en suis ravie."

Si notre Miss Météo de la RTBF (et TV5 Monde) rêvait plus que tout de co-animer le télécrochet, celle qui jouera prochainement su r MYTF1 (dans la série Tattoo Cover : Sauveurs de tatouages) ne rêvait pas pour autant de le gagner. "Juste d’y participer, révèle ainsi Cécile Djunga, entre deux répétitions, qui y a justement donné de la voix il y a cinq ans. C’était une époque où je me cherchais un peu. Je ne le referais pas du tout aujourd’hui mais oui, j’avoue, j’y ai participé comme candidate. Mais je me suis fait jeter. Je ne suis même pas arrivé à Liège, je suis resté à Bruxelles (sourire) ! En fait, je me suis planté au casting, j’ai présenté une mauvaise deuxième chanson, j’ai été prise par le stress. Le morceau ne montrait pas toute l’étendue vocale que je pouvais faire."

Pas de regrets ?

"Non, car je me sens plus à ma place comme co-animatrice que chanteuse. J’adore chanter (elle le fait en spectacle, Ndlr.) mais je n’ai pas du tout le niveau de The Voice. Je ne vais pas faire un album demain. Enfin, un petite battle avec Vitaa n’est pas exclue (rire). On n’est pas à l’abri d’un live Cécile Djunga. Je ne sais pas s’ils vont se retourner mais… enfin si, vu qu’ils le sont déjà (sourire) ! Et puis, même si je chante mal et qu’il pleut, pas de souci. Mercredi, je présente la météo donc l’un dans l’autre je gère la situation (sourire) !"

Une première pour vous l’animation. Appréhendez-vous ce rendez-vous ?

"Je n’ai jamais fait ça : des lives co-animer, faire des trucs en direct avec une oreillette. Avant, je contrôlais tout de A à Z mais pas ici. Il va y avoir de l’émotion et, surtout, The Voice est une grosse machine ! Ça me stresse mais je me prépare beaucoup. Je pose mille questions et je saoule tout le monde (sourire) ! Je pense que le premier live sera assez scolaire car j’ai besoin de prendre mes repères et de ne surtout pas faire de boulettes. Mais, après, je vais me lâcher, c’est sur, ça va être cool !"

Vous serez en quelque sorte la grande sœur ou la meilleure copine des talents ?

"C’est un peu ça, oui. Je suis artiste moi-même donc je sais ce que c’est que de faire des concours. J’en ai fait plein et j’en ai raté plein. Je suis donc dans l’empathie car je suis vraiment admirative d’eux. The Voice, c’est une pression forte, comme un humoriste qui passe en télé. Le hic, c’est que je suis super émotive. Je suis sensée être un rock pour les talents mais je sens que je vais devoir me gérer et préparer une boîte de mouchoirs à côté de moi (sourire) !"

Et vous voilà aujourd’hui en couverture des magazines…

"Oui, j’en ai donc acheté 10 (sourire) ! Ma mère se balade avec, on est très fier de moi mais je ne m’en rends pas compte. C’est à la fois marrant et bizarre. Car quand je vais à la librairie, personne ne me reconnaît (rires) ! En Afrique, ma famille va maintenant croire que je suis une star et vont me demander de leur envoyer de l’argent (rires) !