Télévision Christophe Giltay nous raconte sa première rencontre avec le pape François lors des Journées Mondiales de la Jeunesse.

Bien qu’il couvre les "affaires du Vatican" depuis le début des années 2000, Christophe Giltay n’avait jamais eu le privilège d’aborder le Pape. Lors des Journées Mondiales de la Jeunesse 2016, du 26 au 31 juillet dernier, cela a pourtant été le cas.

Le journaliste et envoyé spécial du RTL Info, ainsi que son cameraman Gilles Gengler, ont eu l’immense privilège de prendre l’avion en compagnie du pape François. Une première pour une équipe du RTL Info : "C’est un privilège qui n’est habituellement réservé qu’aux journalistes accrédités en permanence au Vatican, soit une poignée dans le monde entier. Cette année, notre demande a cependant été acceptée", nous explique Christophe Giltay, à la fois "content et ému".

Le journaliste a d’ailleurs eu l’occasion de saluer le Pape en personne. Un moment qu’il n’oubliera pas de sitôt : "Il m’a pris la main et m’a salué. Je l’ai salué à mon tour en italien avant de lui dire, dans un français mâché, que nous serions très heureux de l’accueillir en Belgique un jour. Il m’a répondu en français également : Mais moi, je le veux aussi . Ce n’est évidemment pas une promesse mais il avait l’air d’en avoir envie", raconte celui dont la photo ci-contre ne cache pas l’émerveillement. "En voyant cette photo, certains copains me disent : On dirait un enfant qui discute avec saint Nicolas ! (rires) Je n’irais pas jusque-là mais je dois avouer que j’étais content de le voir."

Malgré le rythme "effréné" des JMJ 2016 ("Tous les matins, on commençait par un briefing qui démarrait entre 4 h 15 et 5 h du matin"), le souvenir de cette expérience reste en tout cas très positif pour celui qui reprendra sa place de chroniqueur dans C’est pas tous les jours dimanche à la rentrée sur RTL-TVI.

"C’est un Pape très accessible et simple. Pour vous donner une idée : un journaliste lui a offert une bouteille de vin, un autre a pu enregistrer une vidéo pour ses enfants où le Pape les saluait. Il prend le temps de parler avec les gens. Il ne se prend pas pour le Pape. C’est bien simple. Alors que ceux qui accompagnaient le Pape roulaient dans des grosses voitures, lui avait la plus petite voiture, une Polo !" (rires)