Télévision Depuis dimanche dernier, Daniela Prepeliuc est officiellement le visage de Docs de choc. De quoi surbooker l’agenda d’une journaliste touche-à-tout, qui mettra la France entre parenthèses cette été... 

Quand elle a repris les commandes de Docs de choc, l’année dernière, c’était, d’abord, pour remplacer une Charlotte Baut en congé maternité. Quelques émissions auront suffi à la dynamique Daniela Prepeliuc pour faire ses preuves, tout en élégance. La journaliste météo - qui semble bénéficier du don d’ubiquité - entre ses interventions météo sur RTL, iTélé et TV5 Monde - est aujourd’hui le visage du magazine d’enquête de RTL-TVI. Mais Charlotte Baut n’est pas loin, elle en reste la productrice, à la grande joie de Daniela. "C’était une volonté de la part de tout le monde que Charlotte reste productrice. Du coup, je peux bénéficier de son expérience. 12 ans d’émission, ce n’est pas rien ! Et c’est une belle émission en soi." La passation de "relais" entre les deux présentatrices a comme qui dirait...coulé de source : "ce qui est bien, c’est qu’on est un peu pareilles, point de vue boulot: on est très exigeantes. Si on doit recommencer 20 fois la prise à cause d’un mot ou de la lumière, on le fait. Et dans la bonne humeur !"

C’est rare une équipe 100 % féminine derrière une émission…

"Oui, c’est vrai! Je trouve ça bien de pouvoir profiter de toute l’expérience de Charlotte. Je ne me suis jamais sentie jugée. Dès le départ, les choses ont été très claires… Déjà l’année dernière, quand j’ai récupéré l’émission, elle était là, elle m’encourageait."

La touche Daniela dans Docs de choc, c’est quoi ?

"Ce que j’ai envie de mettre en avant, c’est le côté pédagogique de l’émission. C’est une émission qui revient sur des enquêtes criminelles, des crashs d’avion… des enquêtes complexes. Et j’ai envie de donner les outils aux téléspectateurs pour comprendre. Dans le récit de ces reportages, il faut être didactique tout en laissant monter le suspense."

Vous aviez laissé entendre, l’année dernière, qu’outre la météo, vous souhaitiez vous investir davantage dans d’autres émissions. L’appel a donc été clairement entendu par la direction de RTL…

"J’avais dit effectivement que je voulais m’investir au sein des magazines de la chaîne, mais pas forcément à la présentation, mais en tant que journaliste, faire des sujets. Cette opportunité s’est présentée. Et le challenge est top!"

Docs de choc est un magazine justement choc, qui traite de faits divers parfois durs. Vous êtes friande à la base de ce type de sujets ?

"Oui… Je suis une assez bonne téléspectatrice de ce genre d’émissions, comme Enquêtes criminelles par exemple. Et depuis l’année dernière, je le suis encore plus car je regarde ça avec l’œil de la journaliste qui présente ce type d’émission."

Vous vous destiniez à quel type de journalisme quand vous êtes sortie des études ?

"Après mes stages, j’ai rapidement compris que j’étais plus destinée à la radio et à la télé. Ca tombait bien parce que je suis arrivée à RTL via Bel RTL. Au tout début, je voulais faire du journalisme d’investigation. Parce que je suis née en Roumanie, que j’ai vécu sous le régime communiste. J’avais envie de dénoncer beaucoup de choses. Finalement, ça ne s’est pas mis, parce que je suis arrivée à RTL où j’ai eu d’autres opportunités, et d’autres portes se sont ouvertes. Je me suis spécialisée dans un domaine ciblé, la météo. Et la météo, c’est de l’information, on l’oublie souvent en Belgique! Notre métier nous ouvre plein de perspectives et là je suis épanouie. Ca fait 7 ans que je suis rentrée à RTL, j’en ai 31. Et je trouve que les choses se sont bien bousculées pour moi, surtout depuis 3 ans. Avec entre autres mes météos sur d’autres chaînes. C’est intéressant de pouvoir voir comment ça se passe ailleurs. C’est très proactif. Tant que je n’ai pas d’enfant et que j’adore ce que je fais, je continue comme ça !"

Vous gardez en tête l’envie de faire du journalisme d’investigation ?

"Oui, pourquoi pas faire, un jour, un documentaire sur un sujet qui me tient à coeur, comme la Roumanie. Dans 5, 10 ans, ou plus tôt si l’occasion se présente. Mais là, je jongle déjà avec mes différentes casquettes."

Dans les jours à venir, il vous faudra faire un choix entre Docs de choc et la météo sur RTL et vos collaborations à TV5 Monde et iTélé… Vous ne pouvez pas vous dédoublez…

"Cet été, RTL aura la priorité. C’est ma chaîne de cœur. Ma vie est clairement en Belgique. On m’a demandé d’être plus disponible cet été pour RTL. Je ne prendrai pas de congés en juillet et en août. J’irai peut-être un week-end ou deux travailler à iTélé avant d’y retourner en septembre. Pour TV5 Monde, je tourne les météos à Charleroi. Du coup, je me retrouve dans les mêmes bureaux que les présentateurs météo de la RTBF et j’ai rencontré vraiment de chouettes personnes, dont Marie-Pierre Mouligneau avec qui je m’entends très bien."

Aujourd’hui, avec Docs de choc, vous sortez des studios et du fameux fond vert de la météo… Ca vous manquait ?

"Ce n’est pas tellement que ça me manquait mais j’avais envie de faire quelque chose de différent. Comme quand je suis partie sur iTélé en France. Je me suis dit : c’est fabuleux d’arriver là, même si je ne connais personne. Je vais, moi petite Daniela de Belgique, me retrouver à parler des conditions météo en France sur une chaîne française ! C’est intéressant de relever un challenge et c’est valorisant bien sûr, de se retrouver sur une chaîne du groupe Canal. À bosser avec de grands noms du journalisme français ( dont Laurence Ferrari, NdlR) . Des choses, en fait, quand tu es étudiante, qui te font rêver : TF1, France 2, Canal +,…"

Maintenant que vous avez vos pieds dedans depuis un petit temps, la télé française vous fait-elle encore rêver ?

"Je ne dirais pas rêver, mais j’ai été très bien accueillie sur iTélé. On m’a dit : tu sais les Parisiens, tu ne sais pas à quoi tu t’attaques ! Je n’ai jamais eu ce problème. Ca ne fait pas rêver, mais c’est agréable d’évoluer dans cet environnement professionnel très rigoureux, d’autant plus sur une chaîne d’info en continu."

"Ce ne sera pas un mariage médiatique !"

Daniela arbore une magnifique bague de fiançailles à son annulaire gauche. Mais sur son mariage avec le journaliste Quentin Warlop (RTBF), elle souhaite rester discrète

L’année prochaine, vous célébrerez votre mariage avec votre fiancé Quentin Warlop (journaliste à la RTBF). Ce sera une union en grande pompe ou plutôt discrète ?

"On a vraiment envie de faire un petit mariage, en nombre d’invités. Clairement, on n’aura près de nous que nos proches, nos familles, nos amis intimes. On n’a pas envie que ce soit un énorme mariage en nombre d’invités. On a envie par contre de passer tout un week-end avec les gens qu’on aime le plus. Du vendredi au dimanche !"

Le mariage entre RTBF et RTL ne sera donc pas médiatique ?

"Non, clairement !"

Vous discutez beaucoup, Quentin et vous, de vos métiers ?

"On en parle mais chacun est très loyal envers sa propre rédaction. On en parle quand on doit prendre des décisions. Mais ça aide dans la compréhension de ce qu’on fait au quotidien. Je reviens de 8 jours à Paris, lui part pour 8 jours. Quand Quentin rentre fatigué le soir à 20h30 après une journée éprouvante, je le comprends totalement. Et inversement, quand j’ai de grosses journées, de 6 à 20 h… Quand tu n’es pas avec quelqu’un qui est dans le même milieu que toi, c’est plus difficile."