Dans les coulisses de Septante et un

Frédéric Seront Publié le - Mis à jour le

Télévision Pas moins de 6 émissions sont enregistrées en une journée

BRUXELLES Il est un peu plus de 16h. Le candidat vient d'éliminer pratiquement d'un seul coup tout le public. En régie, Boris Portnoy, big boss de la société KeyNews, qui produit l'émission, suit attentivement le déroulement du jeu sur les écrans de contrôle. Les spéculations vont bon train. Gagnera, gagnera pas? Il reste encore plusieurs questions. A l'arrière du studio, les candidats réservistes attendent leur tour en se demandant comment ils joueraient s'ils étaient aux côtés de Jean-Michel Zecca. Quelques minutes plus tard, la partie est finie. Le candidat l'a emporté face au public! La cinquième émission du jour est en boîte. Mais il en reste encore une à tourner avant la fin de la journée...

Jean-Michel Zecca part se reposer en coulisses. Mais il a peu de temps. Dans un quart d'heure, les enregistrements reprennent déjà. Pas question de traîner. Le public, lui, quitte momentanément le studio.... pour aller se changer. Histoire qu'on n'ait pas l'impression, lors de la diffusion, que plusieurs émissions ont été tournées le même jour, avec le même public!

Le gong retentit. C'est l'heure de retourner en studio. «On enregistre tous les mois pendant 4 jours, à raison de 6 émissions par jour,», explique Boris Portnoy. «Ça nous fait 24 émissions tournées en moins d'une semaine. Si tout cela est possible, c'est d'abord parce que Septante et un est une machine extraordinairement bien rodée. Sur le plateau, tout le monde connaît bien son boulot. Les Français sont d'ailleurs venus voir comment on faisait le jeu. Ils ont été très impressionnés par l'efficacité de notre boulot, avec pourtant moins de moyens que chez eux.»

Le décor va évoluer

Reste que, techniquement, l'émission est extrêmement compliquée. «Tout doit être synchronisé. Les éclairages sont gérés par informatique en fonction du nombre de spectateurs éliminés.» Le décor également est particulièrement bien pensé, avec des éléments que les téléspectateurs ne soupçonnent même pas. «On a par exemple des caméras cachées dans le décor, derrière Jean-Michel, de sorte qu'on ne les voit pas à l'image. On va d'ailleurs bientôt faire évoluer le décor, le moderniser.»

La rapidité avec laquelle se déroulent les enregistrements est d'autant plus impressionnante qu'il y a des contraintes impossibles à contourner. «On doit, par exemple, arrêter l'enregistrement chaque fois qu'on pose une question à un candidat dans le public. Il est, en effet, impossible que les 70 spectateurs aient un micro dès le départ. On doit donc le placer uniquement lorsqu'on interviewe un participant... Mais tout cela n'empêche pas le rythme de rester élevé puisqu'on met en général 35 minutes pour enregistrer une émission. Lorsqu'on arrive à la postproduction, le montage est pratiquement terminé. On raccourcit juste un peu et on ajoute les musiques d'ambiance.»

Un an et demi après son lancement et en près de 400 numéros, Septante et un est devenu une des valeurs sûres de RTL, avec une part de marché qui dépasse parfois les 30% et des audiences pouvant aller au-delà des 400.000 téléspectateurs. Ce qui est énorme à cette heure-là. «Je pense que ce succès tient tout d'abord à la mécanique du jeu, qui est imparable», poursuit Boris Portnoy. «Les téléspectateurs peuvent jouer de chez eux et prendre l'émission en route. Les questions sont également bien dosées, entre celles qui sont plus faciles et celles qui sont plus compliquées. Et puis, il y a Jean-Michel Zecca, qui est vraiment le top en matière d'animateurs.»

Enfin, il ne faudrait pas oublier le choix des candidats. Ceux dont on sait qu'ils peuvent réussir et ceux dont on se doute qu'ils ne feront pas le poids face au public. «Mais il faut des deux. Sinon, le jeu serait trop prévisible. » Joseph, lui, fait partie des candidats heureux. Son secret? «Il y a une part de chance. Je suis tombé sur des questions qui portaient sur des domaines que je connais bien. Mais ce n'est pas tout. Il faut également ne pas perdre son sang-froid. Pour ne pas être stressé, j'ai un truc: je ne regarde pas le public. Et puis, Jean-Michel sait mettre à l'aise. Ce n'est pas Alain Simons.»

Reste que pour être sélectionné, il faut également avoir de la personnalité. Ce n'est pas pour rien que les candidats sont retenus au terme d'un véritable casting. «C'est normal. Ils ne vont quand même pas prendre des gens qui ont peur d'ouvrir la bouche devant une caméra...»

© La Dernière Heure 2005

Frédéric Seront

Betfirst - Livepartners

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

L’ambiance est tendue. À la maison notamment. Il vous plaît aussi de mettre de l’huile sur le feu.

Taureau

Vous avez les atouts en main pour prendre une bonne décision, faire un choix judicieux au travail.

Gémeaux

Déterminé, vous donnez le meilleur de vous-même par rapport à une mission professionnelle qu’il vous faut conclure.

Cancer

Vous n’avez pas beaucoup de temps à consacrer à votre partenaire. Vous êtes happé de tous côtés.

Lion

Vous avez engagé une nouvelle relation amoureuse? Vous allez très vite faire des projets ensemble.

Vierge

Vous ne prenez plus de risque. Vous vous montrez prudent avant de prendre une décision.

Balance

Vous avancez sans encombre au travail. Mais il serait de bon ton de tenir un peu plus compte des autres lorsque vous prenez une décision.

Scorpion

Votre stress diminue. Vous évoluez dans un climat plus serein. Vous en profitez pour penser un peu plus à vous.

Sagittaire

Votre relation sentimentale se fragilise. Cela vous inquiète. Mais que faites-vous pour remédier à la situation?

Capricorne

Une collaboration proposée ces dernières semaines vous est à nouveau présentée. Vous pouvez y donner une réponse favorable.

Verseau

Vous vous mettez financièrement en danger en ne réfléchissant pas assez avant une dépense.

Poissons

Vous vous confiez à un proche, une personne de confiance. Vous avez besoin de vider votre sac.

Facebook