Télévision

Gros coup de sang de Marc Delire envers Stéphane Pauwels, lundi, à Studio 1 : La tribune

BRUXELLES Les footeux habitués à leur messe cathodique du lundi soir sur La Deux n’ont pas fini de décortiquer la phase . On s’est solidement taclés, entre le journaliste de Belgacom Onze (et ex-RTBF) et le chroniqueur trublion de Michel Lecomte...

Résumé des faits : au moment d’évoquer les débordements des supporters liégeois et carolos ce week-end, Marc Delire monte dans les tours. Seulement partiellement à tort : si la fonction journalistique exige un minimum de neutralité et de tempérance, comment rester de marbre face aux agissements d’une centaine de non-supporters mononeuronaux qui gâchent la fête d’honnêtes gens ? Quelques jours après sa sortie sur les supporters rouches , Delire lâche donc le mot “Enfoirés” , sans stigmatiser un camp ou l’autre. Puis, au moment d’évoquer ce qui fut pour lui la pire image de la soirée, à savoir ce steward qui éloigne en courant un gamin de cinq ans de la pelouse, ça dérape.

Stéphane Pauwels lâche “qu’il faut être con, dans le climat du foot actuel en Belgique, pour emmener son gamin dans le kop d’un Charleroi-Standard” . C’est dit avec la verve habituelle du trublion, mais objectivement, ce n’est pas foncièrement idiot. Pas pour Delire : de “Mais tu es complètement fou !” , on passe très vite à “T’es qu’un con !” . Le ton monte, Michel Lecomte a bien du mal à ramener le calme, mais tout se finit – fort heureusement – dans un climat pas forcément pacifique, mais loin d’être belliqueux non plus. Oui, mais, et en coulisses ?

Coup de fil à Marc Delire. “Mon téléphone n’arrête pas de sonner depuis ce matin. Il ne s’agit pourtant pas d’une affaire d’État ! Tout au plus, on a vu deux gars, certes sanguins, mais surtout passionnés et déçus par le foot, qui se sont quelque peu rentrés dans le lard verbalement. C’est un talk. on appelle ça la tribune, mais soyons francs, ça pourrait tout aussi bien s’appeler la buvette. Voilà tout…”

Vraiment ? Aucun malaise avec le Stef , donc ? “Mais pas du tout ! Nous sommes potes, et je vous assure qu’on en a ri ensemble après l’émission. Mieux : on est même d’accord tous les deux ! Il a raison de dire qu’on n’emmène pas un gosse de cinq ans dans un kop, et je pense avoir raison de stigmatiser le fait qu’il n’est pas normal de ne pas aller au stade avec son gamin, de peur de dérapages de violence…”

Voici donc pour le fond : Delire et Pauwels continueront à refaire le tour du ballon ensemble, pour le plus grand plaisir des téléspectateurs. Et pour ce qui est de la forme ? “Je dois admettre que je m’emporte verbalement, ces derniers temps, plus rapidement. Je m’en excuse. Mais j’ose croire que mes excès trahissent ma sincérité : croyez-moi, je suis profondément abattu de voir à quel point le foot en Belgique tourne au vinaigre. Et surtout, de la répétition des événements ! On prend les supporters en otage, et c’est juste dégueulasse…”

Et Delire, de finir sur une réflexion peu anodine : “Regardez les PO1, auxquels j’ai toujours été favorable : on s’achemine vers une lutte pour le titre fantastique. Mais ça, personne n’en parle… C’est pathétique.” Comme le football belge, en mars 2011.



© La Dernière Heure 2011