Télévision

"J’aurais préféré manger des insectes ou faire une épreuve physique", plaisantait Sandro, l’ancien candidat belge de Koh-Lant a, samedi dernier à Spa, lors du Trophée de pétanque des personnalités et des décideurs auquel il a participé avec sa petite amie Julie. "Je suis très flatté d’avoir été invité. Je rencontre des gens de la télé qui eux aussi m’ont suivi dans l’aventure. C’est très drôle de débarquer dans le monde de la télé avec ces personnes qui te demandent des selfies !" (sourires)

Après avoir passé cinq fois le casting de l’émission, l’homme de 32 ans a littéralement vécu son rêve. "Je sais qu’avec Koh-Lanta, on a touché une corde sensible chez le téléspectateur parce que le côté Robinson Crusoé représente un fantasme pour les gens. Il y a un million de questions qu’on a envie de nous poser, cette téléréalité prônant le côté humain et la performance. J’aime surfer sur ce côté aventurier. J’utilise d’ailleurs mon image pour des associations plutôt que pour une boîte de nuit où on ne me verra jamais…"

Aimeriez-vous faire de la télé à l’avenir ?

"Pourquoi pas ! C’est un monde qui m’a toujours attiré. J’aime bien séduire et plaire donc je pense que je serais à l’aise devant une caméra. Maintenant, ce n’est pas le but premier de ma démarche. Mais si des portes s’ouvrent, pourquoi pas. Je sais déjà que je rêverais de faire partie du All Stars de Koh-Lanta . Mais j’ai une vie assez carrée à la base. Je suis commercial chez Mercedes et je fais aussi un peu d’immobilier sur le côté. Enfin, s’il devait se produire un tournant dans ma carrière professionnelle, je suis ouvert. Mais je suis conscient que ce n’est pas parce que j’ai fait Koh-Lanta que, demain, j’aurai un premier rôle et que je gagnerai la Palme d’or !"

Quel est votre candidat favori pour la finale de ce soir ?

"Je dirais que sur les quatre derniers, Vincent est un top aventurier et un top gars. Il était dans mon équipe, puis on a été séparés. On a été un peu adversaire. Il a été éliminé et il m’en a un peu voulu. Il m’a aussi un peu éliminé indirectement mais c’est de bonne guerre, on garde de très bons contacts aujourd’hui. Je trouve que, Vincent, il a ce mérite car il a tout pour lui. Après, il part avec quelques mètres d’avance car il est joueur de D1 en rugby. C’est une machine de guerre. Se confronter à des gens comme lui, c’est ça aussi la beauté de l’émission. Je préfère affronter des gens comme ça que de faire un Koh-Lanta planqué dans mon coin. J’avais aussi un petit coup de cœur pour Sébastien, mais il a été éliminé aux portes de la finale. Quoi qu’il arrive, quand on passe 40 jours sur une île, on est méritant. J’ai perdu 16 kilos et les derniers survivants entre 12 et 15 !"

Que vous a-t-il manqué pour gagner cette édition ?

" Koh-Lanta , ce sont trois facteurs : physique, chance et humain. J’étais très bien parti mais je n’ai pas eu de chance avec la sortie de Manuella. Puis, derrière, je n’ai pas vu venir la petite trahison de Clémentine, donc je n’avais pas joué mon collier d’immunité. J’ai peut-être fait un peu trop confiance, le stratège qui se laisse prendre à son propre jeu. Même si elle n’a pas été stratège, car elle, c’est clairement de la trahison. J’ai baissé ma garde et j’avais peut-être un peu trop pris confiance en moi. C’est à la fois ma force et ma plus grande faiblesse."