Télévision

Le successeur d'Yves Bigot à la direction des programmes est connu : François Tron

BRUXELLES Le modèle de la RTBF serait-il, finalement, France Télévisions ? C'est un peu la question qu'on peut se poser au vu du nom du successeur du Français Yves Bigot à la tête des programmes du service public. François Tron, puisque c'est de lui dont il s'agit, possède bon nombre de points communs avec son prédécesseur : la nationalité d'abord, la génération ensuite et le passage par la case France 2 enfin...

De 2001 à 2004, François Tron, aujourd'hui âgé de 55 ans, a dirigé les programmes de la deuxième chaîne française. C'était sous l'ère Tessier. Une télé sage, sans trop de dépenses inconsidérées pour faire mousser les programmes. Le nouveau directeur des antennes de la RTBF sera-t-il adepte de la même formule, à partir du 1er septembre, date, officielle, à laquelle Yves Bigot rendra son tablier ? Pour l'anecdote, quand François Tron a quitté son poste de directeur de programmes de France 2, son remplaçant alors n'était autre qu'un certain... Yves Bigot !

Depuis son départ de France Télévision, François Tron s'est investi d'une nouvelle mission : la production (de fictions et de documentaires). Et, parallèlement, s'est trouvé un intérêt certain pour l'Internet. "Le développement de projets sur le web m'a convaincu qu'une grande part de l'avenir des télévisions se joue nécessairement dans une approche multimédia".

Ses débuts dans l'audiovisuel, c'est à Radio France, dès 1981, qu'il les fait. Suivront plusieurs années au sein de France 3 (comme directeur de la communication puis directeur de l'unité programmes variétés,...). Son principal atout, indéniablement, semble donc être sa sensibilité au mode de fonctionnement du service public. Son parcours, en tout cas, a plu au conseil d'administration de la RTBF qui, vendredi midi, l'a officiellement nommé directeur des antennes. Dix-sept candidats avaient, au départ, postulé. Quatre - tous des Français - restaient en lice.

Dès le mois de septembre, et même si Yves Bigot a promis d'encore intervenir en tant que consultant, on connaîtra davantage la ligne directrice du nouveau patron.



© La Dernière Heure 2008