Télévision Cela fait 14 ans qu’Élodie exerce son métier de soigneuse à Pairi Daiza. Et elle connaît ses gorilles par cœur. Expédition Pairi Daiza.

Expédition Pairi Daiza revient pour une nouvelle saison sur RTL-TVI. Chaque semaine, en vue du magazine dominical, La Dernière Heure vous propose de découvrir les coulisses du parc animalier situé à Brugelette, près d’Ath.

"Les gorilles sont végétariens, explique Élodie aux visiteurs du parc lors du nourrissage des gorilles Dayo, Wazungu (alias Wazi) et Shomari. Ils ne mangent pas de viande mais sont principalement frugivores et mangeurs d’écorces. Ils mangent 7,5 kilos de nourriture fraîches par jour, exclusivement des légumes. Seulement un fruit par jour sur le temps de midi. Car c’est comme donner du sucre à un enfant avant d’aller coucher, ça énerve énormément. Du coup, cela rend le groupe instable et il a tendance a plus se bagarrer. Un mâle vit aussi deux fois moins longtemps qu’une femelle (30 contre 60 ans, NdlR) de par son poids - entre 170 et 200 kilos de musculature - qui peut engendrer des maladies cardiaques."

Celle qui a fait ses études en France dans un parc zoologique en tant que soigneur animalier, connaît ses gigantesques primates sur le bout des pattes. "Un mâle, comme Dayo ici, doit quitter son groupe familial à l’âge de 10 ans chassé par son papa. Mais le problème est qu’il n’est à maturité sexuelle qu’à l’âge de 15 ou 16 ans. Durant ce laps de temps, à l’état sauvage, il va vagabonder tout seul ou se réunir en groupe de mâle célibataire en attendant d’être mature et de savoir conquérir un groupe de femelles pour devenir un mâle reproducteur au sein d’un harem." Et le parc Pairi Daiza participe à ce plan de reproduction, l’objectif étant d’amener les cinq gorilles du parc à maturité sexuelle avant de les accoupler. Suite à la déforestation (qui diminue leur habitat et garde-manger), au braconnage ou aux maladies comme Ebola, il y a eu pas mal de décès au niveau des gorilles. Par conséquent, de moins en moins de reproductions. "Avec la forêt qui rétrécit, on les force à se rencontrer, poursuit celle qui bosse depuis 14 ans dans le parc avec ses primates. Ce qui mène généralement au combat et qui dit combat, dit décès. Un mâle gorille va conquérir une femelle et tuer le perdant mais aussi sa progéniture car un mâle gorille n’élève pas la progéniture d’un autre."

Le monde sauvage dans toute sa splendeur. Et côté anecdotes, Élodie - qui n’est jamais en contact physique avec eux (trop dangereux) - en connaît un rayon. "Ils n’aiment pas la pluie ni le vent dans leurs poils, sourit la soigneuse lorsque Dayo balance sa pomme sur le cygne qui essaye de lui chipper. L a neige, ils aiment ça même s’ils marchaient sur les tuyaux pour l’éviter ! Sinon Wazi n’aime pas les perches, grosses caméras et selfies stick. C’est un animal qui a été déplacé deux fois et qui connaît donc le fusil hypodermique. Les gorilles sont des animaux qu’on est obligé de flécher pour les placer en caisse transport. Du coup, le fait de voir cet objectif devant une personne, cela leur fait souvent penser au fusil hypodermique…"

>>> Tous les dimanches à 18h25 sur RTL-TVI.