Télévision Le tournage de Engel/Un ange débarque à Charleroi avec un cascadeur.

Une partie de la toute nouvelle place Verte de Charleroi a été réquisitionnée pour le tournage d’un film inspiré du cycliste Frank Vandenbroucke, hier matin.

Pour le dernier long-métrage du réalisateur flamand Koen Mortier, avec l’acteur Vincent Rottier (3 nominations aux Césars), les rues de Charleroi ont été la cible d’une certaine agitation, entre travail cinématographique et curieux. Le tournage de certaines scènes s’était aussi déroulé plus tôt dans la matinée aux alentours de la rue de Marcinelle, avant de se terminer en début d’après-midi sur le toit plat de la galerie Inno, que le directeur a mis à disposition de l’équipe du film "dans un esprit d’ouverture, l’esprit carolo : quand on nous demande si on peut aider, pourquoi pas ?"

Une grue télescopique a été déployée à deux pas du centre commercial Rive Gauche. Il s’agissait d’une scène du début du film, où le personnage principal, un cycliste dépressif, fait un cauchemar : celui d’une longue chute, avec son vélo. Un cascadeur et un cameraman sont donc montés à un peu moins de 30 mètres, devant le public ébahi, attachés par des câbles à la grue télescopique, pour filmer cette "chute" rêvée.

Le film va raconter les dernières heures du coureur, une histoire "librement" inspirée de la vie de Frank Vandenbroucke. Pour rappel, une polémique avait entouré l’annonce du film : la famille avait appris par la presse que ce long-métrage serait basé sur un roman de Dimitri Verhulst Monoloog van iemand die het gewoon werd tegen zichzelf te praten, qui avait lui aussi créé la polémique à sa sortie en 2011. La famille du célèbre coureur, décédé peu avant, avait déclaré être choquée de voir la fin de la vie de Frank Vandenbroucke, trouvé mort dans son hôtel, décrite par une prostituée sénégalaise. Les tensions seraient à présent retombées.