Télévision RTL-TVI passera prochainement les commandes du nouveau magazine Un crime parfait ? à François Troukens, un ancien braqueur.

Le pari est risqué mais RTL est prête à relever le défi. Alors que la chaîne privée nous dévoile sa grille de rentrée, elle attire notre attention sur l’arrivée inattendue d’un nouvel animateur télé, François Troukens, ancien braqueur ayant écopé de plusieurs années de prison.

Repéré par Stéphane Rosenblatt, directeur général de la télévision chez RTL, et Georges Huercano, directeur des magazines chez RTL, lors de sa chronique dans l’émission On refait le monde sur Bel RTL, l’ancien détenu présentera prochainement Crime parfait ?, un magazine hebdomadaire de faits divers français (Enquêtes criminelles sur M6) déjà préenregistré avec une voix off, qui ouvrira des dossiers criminels tout en faisant un retour sur affaire avec un ancrage belge. Si aucune date de diffusion n’a encore été confirmée par la chaîne, nous pouvons déjà avancer que le programme occupera la case du dimanche en seconde partie de soirée.

Le challenge semble en tout cas plaire à François Troukens qui apprécie l’aide précieuse que lui ont apportée ses collègues de l’avenue Georgin. "RTL pense que j’en suis capable donc pourquoi pas, confie-t-il. J’ai été très épaulé et formé par d’autres animateurs comme Fanny Jandrain, par exemple."

Pourquoi avez-vous accepté de présenter l’émission ?

"Parce qu’elle me correspond bien. On reste dans le domaine de la prison, du polar. Je ne présenterai pas L’amour dans le pré , par exemple. L’amour est en cellule peut-être un jour (rires) . C’est un challenge. Je ne suis sûrement pas un présentateur télé à la hauteur de Jean-Michel Zecca mais je vais tout faire pour qu’on oublie, après quelques émissions, qui je suis et qu’on me voie comme un présentateur normal."

N’appréhendez-vous pas votre retour sur la scène médiatique ?

"Ça fait plus ou moins vingt-cinq ans qu’on parle de moi négativement. J’en n’ai rien à faire qu’on parle de ces anciens faits. Ce qui m’intéresse à travers cette émission, c’est de montrer aux gens qu’un groupe comme RTL peut faire confiance à quelqu’un qui a fait de la prison et également leur dire que, même quand on est au fond du trou, il y a encore des gens qui croient en nous. Il y a une vraie prise de risque car au-delà du buzz que fera sûrement la première émission, on ne sait pas ce qu’il se passera après. Est-ce que je vais venir à tous les plateaux, enregistrer toutes les émissions ? Peut-on miser sur un gars comme moi, qui vient d’un milieu inhabituel ? On le saura avec le temps…"

Pensez-vous que RTL a pensé à vous car vous avez un parcours atypique ?

"Oui, évidemment. Je suis un peu le carburant de la machine judiciaire. Bon, je n’ai tué personne et j’ai payé ma dette à la société. Dans le cinéma, ça pose beaucoup moins de problème. Il n’y a pas le même regard. Ici, on rentre chez les gens, sur une chaîne populaire. Et, justement, c’est ça qui m’intéresse. Que les gens se disent : Tiens, ce type qui était ennemi public numéro un est quand même capable de présenter une émission, de faire autre chose. "

Envisagez-vous votre avenir à la télévision ?

"Ce qui m’intéresse le plus pour le moment, c’est le cinéma mais si les projets qu’on me propose en télévision sont intéressants, pourquoi pas ?"