Télévision Freddy Tacheny, directeur général de RTL, réfute que l'émission soit un échec. "Avec les rediffusions, on bat TF 1!"

BRUXELLES C'est maintenant que les choses sérieuses commencent! Les vingt candidats de Star Academy sélectionnés par les spectateurs entrent enfin au château d'Hélécine pour une semaine de cours avec les profs. Et vendredi, à l'issue de l'émission diffusée en soirée, ils ne seront plus que dix. Le jeu commencera alors réellement. Pour RTL-TVi, ce sera aussi l'heure de vérité. Après avoir diffusé pendant un mois des sélections, là où TF 1 était déjà dans le vif du sujet, on va enfin voir si la version belge rivalise avec sa grande soeur française. Freddy Tacheny, directeur général de RTL, semble en tout cas confiant.

Pourquoi avoir fait un mois de sélections, alors que TF 1 a commencé directement avec ses 16 candidats?
`On a estimé que c'était obligatoire pour la Belgique. C'est ce qu'on appelle la phase d'appropriation régionale. Aujourd'hui, en Communauté française, tout le monde connaît au moins une personne qui a voté pour un candidat au Star Academy belge, quelqu'un qui avait sa voisine, un copain, un collègue de travail, un ami d'un ami qui participait! Ces 100 candidats étaient importants pour régionaliser notre émission, lui donner une dimension belge. La proximité est la seule façon de gagner notre pari face aux moyens de TF 1.´

Tout cela ne vous a pas empêché de vous faire battre par TF 1...
`Je ne conteste pas qu'on soit battu à 18 h 30. Mais, tout d'abord, la comparaison n'est pas objective, puisque TF 1 est déjà en huis clos, alors que nous achevons à peine la première phase. Il faudra attendre qu'on soit aussi en huis clos pour en reparler. Ensuite, il faut tenir compte des rediffusions, le soir et le matin. En additionnant celles-ci, on est au-dessus de TF 1, avec 260.000 téléspectateurs contre 230.000! Il y a donc, dans l'absolu, plus de gens qui regardent notre émission que celle de TF 1. C'est excellent. Notre bilan est donc à mes yeux plus que satisfaisant. Je suis ravi!´

Freddy Tacheny / Crédit de Tessières

Certains affirment que RTL a fait pression pour que la Belge soit éliminée du Star Academy français...
`Alors, c'est que je suis plus puissant que je ne le pensais! Si c'était le cas, on aurait d'abord fait en sorte que leur Star Academy ne passe pas au même moment et qu'il n'y ait pas eu de candidate belge du tout. C'est de la politique-fiction...´

Le choix de Plastic Bertrand comme directeur était-il judicieux?
`C'est une manière de marquer notre différence. Chez nous, le directeur est une star! Mais il est complémentaire aux professeurs. Ces derniers seront là pour donner les cours, alors que Plastic fera avant tout profiter les candidats de son expérience. A ses débuts, il est devenu du jour au lendemain une vedette et c'est ce qui arrivera aussi à un des participants.´

L'autre nouveauté de la rentrée, c'est le talk-show de Jean-Michel Zecca. Son audience vous satisfait?
`C'est plus difficile de faire des émissions nouvelles que de reprendre des programmes qui ont déjà fait leurs preuves ailleurs. Ce n'est pas sur quelques numéros que l'on va tirer des conclusions. Il s'agit d'une stratégie à long terme. Et je suis content de voir qu'après un démarrage difficile, on se retrouve aujourd'hui dans des parts de marché beaucoup plus en ligne avec nos attentes. Les progrès sont spectaculaires. Sur les 15-34 ans, on fait 37%! Notre défi, maintenant, c'est de séduire aussi un public plus âgé. Mais je ne fixe aucun délai. On laisse l'équipe travailler sereinement.´

L'émission aborde des sujets sexe. Doit-on craindre une surenchère?
`Ce n'est pas notre objectif. RTL, ce sont les trois lettres les plus familiales dans ce pays. La prochaine émission n'aura d'ailleurs pas de sujets de ce genre. Et puis, on remarquera aussi que les dossiers les plus coquins sont diffusés en fin de programme.´


© La Dernière Heure 2002