Télévision Le Bruxellois Geoffrey Degros quitte le concours culinaire et pousse un coup de gueule.

C’est la désillusion pour Geoffrey. Le dernier candidat belge de l’émission a, ce lundi soir, été éliminé de Top Chef, concours dont il était fan et dont il a vu une facette qu’il ne connaissait pas encore. "J’ai suivi toutes les saisons de Top Chef mais là, je pense que je ne regarderai plus l’émission que par curiosité. J’ai trop valorisé Top Chef . J’ai adoré rencontrer certains grands chefs mais j’ai été déçu par l’émission. Ce n’est pas ce que je pensais en la regardant chez moi" , explique le Bruxellois qui a quitté l’aventure (alors que Vincent, le dernier candidat éliminé a fait son retour dans le concours) après avoir disputé le plat de la dernière chance face au candidat étoilé, Matthew. Les deux hommes étaient chargés de réaliser une bouchée au cabillaud qu’Hélène Darroze, chef de brigade de Geoffrey, devait déguster à l’aveugle par la suite…

Alors qu’elle était séduite par le poisson parfaitement cuit de Geoffrey, la chef choisit finalement de sélectionner le plat de Matthew, non pas pour son cabillaud, peu présent à son goût, mais… pour la garniture ! "Je suis un peu amer par rapport à la manière dont ça s’est fait. Ce qui est frustrant, c’est que j’avais travaillé le produit et qu’au final c’est la garniture qui a visiblement fait la différence… " , confie Geoffrey dépité . "J’ai été naïf de penser que ça n’était pas que de la télévision."

Pensez-vous que votre mauvaise expérience avec les MOF (Meilleur ouvrier de France) la semaine dernière vous a poussé vers la sortie ? (Geoffrey a refusé de désosser un pigeon par le dos la semaine dernière car il ne savait pas le faire, donc ne voulait pas manquer de respect au produit. Un comportement qui n’a pas plu aux MOF, NdlR.)

(Silence) "Je ne sais pas mais la situation dans laquelle j’étais lors de cette épreuve de la dernière chance était bizarre… En ce qui concerne l’épisode avec les MOF, je ne sais pas trop quoi penser. Je ne pouvais pas massacrer un pigeon. Je respecte la nature dans ma cuisine. Ça fait partie de mes valeurs. Les MOF, eux, ne voient pas ça comme ça. Ils pensent à être dans la compétition."

En parlant de compétition, comment était l’ambiance sur le plateau ?

"Certains candidats étaient là pour gagner. Je pense par exemple à Matthew ou Adrien. On sentait qu’il y avait de la compétition. Mais bon, c’est le jeu. Avec certains cameramen, l’ambiance n’était parfois pas géniale. Quand on se mettait dans le champ d’un autre candidat, on se faisait presque engueuler. Puis, on galérait avec un plat et c’est le moment où le journaliste venait près de nous pour nous bombarder de questions alors qu’on essayait de trouver une solution pour réussir notre plat. Forcément, on nous voit énervés à l’écran parce qu’on est en pleine galère. Les journalistes et cameramen, eux, ont eu ce qu’ils voulaient pour leurs images."

Est-ce que, du coup, vous ne vous retrouviez pas à l’écran ?

"Non, je m’y retrouve parce que je suis resté moi-même en toute circonstance. C’était d’ailleurs important pour moi que ma famille me reconnaisse à l’écran."

Quel chef rencontré lors de Top Chef vous a donné le conseil le plus précieux ?

"Hélène Darroze, sans hésiter. Elle m’a dit que le goût et l’émotion passaient avant tout le reste lorsque l’on présentait un plat. Au restaurant, le client s’en fiche de la technique."

Avez-vous eu le temps de discuter avec Hélène Darroze, votre chef de brigade, après votre élimination ?

"Non, vous savez, ça va très vite. Après avoir été éliminé, on signe un document et on retourne à l’hôtel pour une dernière nuit sur Paris. Hélène Darroze était, en plus, pressée ce jour-là puisqu’elle devait retourner à Londres pour s’occuper de son restaurant. Pendant les tournages, on ne parlait pas plus. C’est une femme très occupée."

Comment voyez-vous l’après Top Chef ?

"Top Chef m’a fait prendre conscience de beaucoup de choses. Je me suis rendu compte que je n’avais plus envie de travailler dans une brasserie où, bien que j’aie eu carte blanche, le menu était limité à des plats de brasserie. Je ne veux plus non plus cuisiner pour un chef et reproduire sa cuisine. Je veux faire ma propre cuisine. J’ai reçu énormément de propositions, provenant notamment de Belgique. Une de ces propositions m’a intéressé. Il s’agit de donner des masterclass de cuisine. J’apprendrais donc ma cuisine à des personnes qui ont envie de cuisiner. Ça correspond tout à fait à ce que j’ai envie de faire pour le moment : partager ma passion. Plus tard, je penserai à ouvrir un restaurant mais j’ai encore le temps."

Nous avons appris la bonne nouvelle : vous allez bientôt devenir papa !

"Oui, c’est une première pour moi ! Je suis content. Tout ce que je peux vous dire pour le moment c’est que ce sera une petite fille et qu’elle naîtra début juin. En ce qui concerne le prénom, je préfère tenir ça pour moi parce qu’on risque peut-être de changer d’idée d’ici-là." (sourire)