Télévision

Après 42 ans de bons et loyaux services, Georges Pernoud a quitté le navire, largué les amarres, mis les voiles du paquebot Thalassa, magazine de la mer qu’il a créé et qu’il a vu grandir. 

France 3 ne l’a pourtant poussé vers la sortie. Face à l’avenir incertain du Thalassa qu’il connaît et dont il veut garder l’ADN - il regrette que l’émission soit devenue un "bouche-trou" que la chaîne diffuse une fois par mois au lieu de trois fois par mois -, le présentateur, qui fêtera ses 70 ans en août prochain, a préféré se retirer en gardant un bon souvenir de son "bébé".

Vendredi dernier, une page s’est donc tournée pour Georges Pernoud qui a fait ses adieux aux téléspectateurs - environ 1,9 million en France et 87.500 en Belgique. Ce dernier s’est adressé à ses fidèles dans une vidéo diffusée en fin de magazine. "Voilà, ces 42 années passées à bord de Thalassa ont d’abord été pour moi un immense plaisir. Celui de vous faire partager les beautés du monde maritime et les histoires d’hommes et de femmes qui vivent la mer au quotidien", commence celui qui se tient debout sur une plage de sable fin. "J’ai le sentiment d’avoir été un homme privilégié, d’avoir eu beaucoup de chance. Cette aventure est aussi collective, elle n’aurait pas pu se faire sans une formidable équipe de passionnés, qu’ils soient journalistes, réalisateurs, caméramans, producteurs et tous ceux que vous ne voyez jamais mais qui œuvrent en coulisses pour vous proposer les plus belles des émissions. Ce soir, je tiens à les remercier tous, ainsi que les dirigeants du service public qui ont cru en Thalassa."

Après avoir remercié les téléspectateurs "en métropole, en outre-mer et partout dans le monde", Georges Pernoud donne le mot de la fin en gardant son professionnalisme et en ne versant aucune larme : "Je vous dis simplement merci. C’est avec une très très grande émotion et de tout cœur, que je vous souhaite à toutes et tous, bon vent !"

Le présentateur s’éloigne alors, ému, d’un poisson gigantesque dessiné dans le sable. Le magazine historique Thalassa de l’ère Pernoud, la seule qu’il ait connu jusqu’à présent, prend alors fin pour en démarrer une nouvelle, celle de Fanny Agostini qui reprendra la barre à la rentrée prochaine.