Télévision Exclusif ! Grogne des journalistes de la RTBF appelés à travailler davantage, arrêts maladie, une Johanne Montay trop autoritaire. Malaise au JT.

Depuis quelques semaines, l’ambiance est morose du côté de Reyers. Et cela n’a rien à voir avec le gigantesque projet prévu pour 2020… La RTBF a lancé, il y a plusieurs années, son Info à 360 degrés. Soit des sujets d’actualité déclinés aussi bien dans les JT qu’en radio et sur le Web. Soit, donc, un peu plus de travail à fournir par les journalistes.

Une nouvelle étape vient d’être franchie ces derniers jours avec la mise en place de formations au montage à destination des journalistes. En clair, tous devraient être appelés, dans un futur proche, à concocter leurs sujets (juxtaposer les images vidéo, etc.), à la place des monteurs… Ce qui n’est pas du goût de tout le monde.

Les anti diront qu’il s’agit là d’un moyen de faire travailler plus pour le même salaire, et au détriment de monteurs professionnels. Les pro, eux, y voient simplement une évolution classique de leur métier de journaliste, un programme facile, voire ludique, à appréhender. Il ne serait en effet nullement question de se séparer à terme des monteurs, mais plutôt de leur permettre de travailler sur de plus longs sujets, plus "léchés", et laisser aux journalistes le soin de mettre en images leurs reportages plus courts (1 minute 30 environ).

S’il est évident qu’il y a là une question de rapidité et de rentabilité, ce n’est pas du goût de tout le monde. Certains professionnels de la RTBF, qu’ils soient monteurs ou journalistes, appellent donc à plus de clarté et de transparence. Et surtout, "à plus de communication émanant de la direction", entend-on dans les couloirs de Reyers. Ce mercredi donc, une grosse assemblée se tiendra. Jean-Pierre Jacqmin, le directeur de l’info à la RTBF, pourrait même y participer afin d’éclairer le personnel de la RTBF qui, s’il ne menace pas encore de grève, pourrait appeler au boycott des formations imposées.

Ces nouvelles formations au montage, instaurées depuis quelques semaines seulement, ne sont que la goutte d’eau qui fait déborder le vase de certains journalistes ertébéens noyés sous une masse considérable de travail. C’est en tout cas ce que certains regrettent : devoir rentabiliser au maximum une journée de travail en devant réaliser un reportage pour le JT (parfois pour deux rendez-vous d’info), pour la radio et pour le Web…

Ça grogne à Reyers. Et dans un service en particulier…

4 arrêts maladie dans le service de Johanne Montay

Car si les bonnes audiences des JT de la RTBF auraient de quoi redynamiser les troupes, c’est tout l’inverse qui est en train de se dérouler dans les coulisses de l’info. Depuis trois semaines, quatre arrêts maladie ont été enregistrés au sein d’un même service : le politique. Environ quinze journalistes (télé et radio) y travaillent sous les ordres de Johanne Montay. Une cheffe dont l’autorité aurait désormais du mal à passer. Selon nos informations exclusives, un mail dénonçant les méthodes de la responsable de la cellule politique aurait été adressé dernièrement à la direction, reprochant à Johanne Montay de ne remplir que ses objectifs personnels et dénonçant ses méthodes managériales. "Il y a une façon de demander les choses." Quatre jeunes journalistes travaillant dans ce service politique, qu’on nous décrit comme travailleuses et pas fragiles psychologiquement, auraient ainsi jeté l’éponge durant quelques jours, abattues par trop de pression.

Johanne Montay souffrirait-elle aujourd’hui de son statut de cheffe ? S’est-elle montrée trop autoritaire ces derniers mois en imposant sèchement sa vision des choses à ses collaborateurs ? Le moins que l’on puisse dire, c’est que la mauvaise humeur hante les couloirs de Reyers…