Télévision Cyril Hanouna, le bouffon qui devint roi est la biographie non autorisée - et au vitriol- sur l’animateur controversé de Touche pas à mon poste.

"Ce n’est pas un livre anti ou à la gloire de Cyril Hanouna, insiste son auteur, René Chiche, interrogé par Voici.

Autant adulé que détesté, il est étonnant qu’une biographie de Cyril Hanouna ne soit pas sortie plus tôt des tiroirs. La faute à des témoignages de proches et autres collègues de TPMP difficile à obtenir durant son investigation d’une durée de sept mois. "C’est vrai qu’il a une telle influence que les gens s’autocensurent pour témoigner, affirme ce journaliste, écrivain et producteur de télévision et biographe de Cyril Hanouna, le bouffon qui devint roi. J ’ai par exemple contacté Thierry Moreau, que je connais bien et avec lequel j’ai travaillé il y a 20 ans dans le journal CBNews , mais il n’a pas voulu témoigner. Gilles Verdez n’a pas voulu non plus. Christophe Carrière m’a dit des choses mais sans intérêt."

En off cependant , les langues se sont déliées et permettent ainsi à cette toute première biographie de lever un coin du voile sur le trublion du PAF français. "Une ancienne chroniqueuse qui m’a raconté qu’Enora Malagré avait une certaine influence sur Hanouna et qu’elle avait essayé d’empêcher le recrutement de Matthieu Delormeau et Nabilla."

Quant au principal intéressé ? "Il ne voulait pas y participer, mais ne m’a pas empêché de faire mon livre, n’a pas demandé aux gens de ne pas me répondre, soulignait-il auprès de L’Express. Il ne m’a pas aidé non plus et ne m’a pas reçu chez lui. Parfois il répondait à mes messages, parfois non, c’était compliqué. Mais j’ai eu accès à des proches, comme sa sœur ou sa mère, Esther Hanouna."

Un gourou homosexuel et cocaïné

"Sa réussite attise la jalousie", raconte encore René Chiche, qui explique avoir été confronté à de nombreuses rumeurs "délirantes" et "totalement infondées" à son propos. "Par exemple : Cyril Hanouna sniffe de la coke tous les jours. C’est entièrement faux ! Tout ça parce qu’il est totalement déjanté, survitaminé à l’antenne. Mais il est comme ça depuis l’enfance ! C’est un mec hyper sain qui ne fume pas, ne boit pas, fait du tennis. Sa seule drogue est la bouffe de temps en temps."

Autre rumeur : "Un animateur de Canal +, dont je ne peux pas dire le nom, qui m’a dit qu’il était homosexuel, mais en me l’affirmant réellement. J’ai bien compris qu’il ne l’aimait pas." Sans compter qu’une ex-chroniqueuse, sous couvert d’anonymat, compare Touche pas à mon poste à une secte. Gourou, le Cyril Hanouna ? "Oui, on peut dire ça, poursuit-il dans Voici. Cette émission est la seule actuellement qui a l’organisation d’une secte. Il faut quand même être accepté dans les rangs, il y a un genre de rite de bizutage. Il y a aussi Cyril Hanouna, qui est le grand gourou de l’émission, mais aussi actuellement le mec le plus influent du PAF. Pour l’instant, il fait ce qu’il veut. Et quand il arrêtera l’antenne, c’est un deal qu’il a établi avec le fils de Vincent Bolloré, Yannick : il sera certainement soit directeur de C8 ou directeur des programmes du groupe Canal +. Mais oui, c’est un gourou car les chroniqueurs vont dans son sens à 100 %. D’ailleurs, si on n’entre pas dans son délire, on ne fait pas long feu et il suffit de voir la liste de chroniqueurs qui sont passés dans TPMP et sont partis."

Tout cela alors que ces "fanzouzes" ou ses "beautés" comme ils les appellent ne savent sans doute pas qu’à France Télévisions, "son surnom était Ah non non. Il était vraiment has-been, considéré comme un comique de bas-étage." Alors pourquoi tant de haine envers lui ? "C’est l’animateur phare des médias et des années 2000, donc il attise plein de choses contre lui, conclut René Chiche. Parce que ce garçon ne fait pas partie de l’establishment. C’est un gars de la banlieue, qui est maintenant un allié de Bolloré, qui est arrivé à un tel sommet ! Il parle avec un langage de la rue, qui touche le grand public et qui est français, juif et arabe et ça ne plaît pas en France. Donc on le dénigre." Encore plus depuis qu’il fait son Coluche en posant sa candidature aux présidentielles !

© Reporters

"Il m’en met dans la gueule, c’est normal"

En direct sur le plateau de TPMP vendredi soir, Cyril Hanouna a décidé de réagir - en invitant l’auteur en personne - à sa première biographie non autorisée. Même si le public était acquis à sa cause, le trublion du PAF est revenu sur ces allégations à son égard. "Pourquoi une biographie sur moi ? Je ne suis pas assez important… Voilà, un post-it, c’était suffisant."

Si René Chiche se défend de ne pas avoir fait "un livre de fan, j’ai voulu faire une biographie journalistique. C’est plutôt bienveillant", l’animateur note qu’il "m’en met dans la gueule, c’est normal." Une enquête durant laquelle il a essayé de rencontrer Cyril Hanouna à plusieurs reprises mais en vain. "Parce que 1) peut-être qu’un jour j’écrirai un livre pour tout raconter, a-t-il rétorqué. 2) Je me méfiais beaucoup de ce que je pouvais dire, je me suis dit : je préfère qu’il fasse une enquête auprès de mes proches. 3) C’est un sujet qui me dérange : je déteste parler de moi, les interviews, tout ça, je déteste."

"Il paraît qu’il y a des gars du métier qui vous ont dit des conneries sur moi exprès, déplore-t-il encore. Quelqu’un a dit que j’étais gay. Je vais vous dire : j’adorerais, mais non. Mais ça, ça ne me dérange pas parce que ce n’est pas grave. Il y a aussi des collègues qui font courir des rumeurs comme quoi je prendrais des substances : ce n’est pas vrai - mais c’est vrai qu’il y a des gens qui disent ça."

"Mon livre est aussi une enquête, conclut l’auteur. Votre réussite attire des jalousies et des délires. Moi, on m’a même dit non seulement que vous étiez gay, mais aussi trafiquant de cocaïne." "Il y a des gens qui disent n’importe quoi", lâche l’homme de 42 ans, incrédule, tandis que Matthieu Delormeau demande l’identité de l’auteur de ces allégations. "On va le trouver, promet Cyril avec un rictus sardonique. Et on va s’occuper de lui."


En savoir plus

Cyril Hanouna, le bouffon qui devient roi, de René Chiche, aux éditions L’Archipel.

© Twitter
René Chiche (Twitter)