Télévision

Ces derniers jours, une grosse polémique a entouré la production de Koh-Lanta qui aurait préféré s'en passer.

Une saison en cours de tournage a été complètement annulée suite à une tentative présumée d'agression sexuelle sur une candidate. Un candidat de cette saison s'exprime pour la première fois dans le quotidien français Nice-Matin.

"Depuis cinq ou six ans, je regarde cette émission en me disant que ce jeu est fait pour moi", détaille cet homme décrit comme très sportif. "Ils ont tué mon rêve. J’étais bien. Je savais que j’allais gagner car cette aventure était taillée pour moi. Je suis en colère."

Plus que son ressenti, il détaille aussi anonymement le début de cette saison en cours de tournage.

Ainsi, on apprend de façon assez surprenante que l'épreuve mythique des poteaux a été placée au début de l'aventure, et non à la fin comme de coutume. "Habituellement, l’épreuve reine est celle des poteaux. Le dernier jour… En posant le pied sur le sable, j’ai vu Denis Brogniart devant 21 poteaux et j’ai compris que ce serait la première épreuve. Je pourrais dire : ‘j’ai fait les poteaux’", raconte l'aventurier.

"On aurait dit les Anges de la téléréalité"

Le candidat revient aussi sur la grosse polémique qui a causé l'annulation de la série, l'agression sexuelle présumée dont aurait été victime une candidate, Candide Renard. Pour l'aventurier, l'atmosphère dans l'équipe bleu, l'équipe dans laquelle évoluait la victime et l'agresseur présumé, n'est pas étrangère à ce fait-là. "J’ai rapidement vu que certains n’étaient pas là que pour le jeu, la compétition, le sport et l’esprit de l’émission. Entre concours de muscles, gamineries et simagrées, je trouvais cela insupportable. L’équipe des bleus, on aurait dit un épisode des Anges de la téléréalité…" Pour ce qui est de l'enquête, l'agresseur présumé a été libéré par la police mais l'enquête est toujours en cours.