Télévision L’ex-animateur Olivier Chiabodo accuse le producteur du jeu de tricherie et de l’avoir menacé de mort.

Une plainte dans le cadre d’ Intervilles 20 ans après les faits, qui l’eut cru ? Selon Le Parisien , c’est pourtant ce qu’à décidé de faire Olivier Chiabodo qui animait le rendez-vous dans les années 90. Il a déposé plainte contre X pour harcèlement moral. Dans son collimateur : TF1 et Gérard Louvin, le producteur du jeu culte créé par Guy Lux et Claude Savarit en 1962.

Il faut remonter à 1997 pour comprendre l’affaire. Cette année-là, l’émission rassemble pas moins de 7 millions de téléspectateurs et Olivier Chiabodo est accusé d’avoir favorisé une équipe en lui faisant un geste du doigt à l’occasion d’un quiz. L’animateur nie les faits mais TF1 décide de le licencier pour faute grave. Cependant, le licenciement est cassé par la justice et toutes les parties concernées signent un accord de confidentialité qui les engage à ne plus jamais évoquer le dossier.

Tout le monde pensait l’affaire enterrée définitivement, même les protagonistes, puisque l’animateur a été à nouveau embauché par TF1 en 2006. Mais en janvier dernier, il est à nouveau licencié. Depuis, Olivier Chiabodo accuse la chaîne d’avoir acheté son silence à propos d’Intervilles via des pressions morales et des promesses professionnelles.

L’ex-animateur met en cause Gérard Louvin. Selon lui, c’est le producteur qui décidait d’éliminer les candidats et il communiquait ses instructions par l’oreillette. Il aurait aussi menacé de mort l’animateur voici quelques années. Enfin, olivier Chiabodo dit avoir assisté à des choses encore plus graves nécessitant des investigations sérieuses selon les dires de son avocat. Il pointe aussi du doigt TF1 pour son mutisme, voire son cautionnement. La chaîne s’est refusée à tout commentaire, tandis que Gérard Louvin a qualifié de ridicules les accusations à son encontre.