Télévision Fabrice Brouwers anime depuis septembre, le dimanche à 18 h 30, Bel RTL Auto. Et il est coproducteur de Moteurs

BRUXELLES Saison charnière pour Fabrice Brouwers. Si l'animateur reste un des piliers de RTL-TVi, où il anime toujours un mardi sur deux Si c'était vous, il a changé de profil en radio. Finies les émissions d'humour tous les après-midi. Depuis septembre, il anime désormais chaque dimanche, de 18 h 30 à 21h, Bel RTL Auto. Un pur bonheur pour ce féru d'automobile!

Animer une émission sur les voitures, c'était un rêve?

«J'ai deux grandes passions: mon métier d'animateur et les bagnoles. Avec Bel RTL Auto , je concilie les deux. C'est la raison pour laquelle j'ai proposé ce projet à la direction au printemps dernier. Début septembre, elle était à l'antenne.»

À qui s'adresse ce programme?

«Ce n'est pas une émission de spécialistes. On est sur Bel RTL! On part du principe que la voiture fait partie de la vie de tous les jours de Monsieur et Madame Tout-le-Monde et on envisage le programme sous cet angle. Bérénice tient ainsi une séquence sur les femmes au volant, où elle apporte son regard décalé. Philippe Jacquemotte et Benoît Galand tiennent également des rubriques. Mais on recherche toujours l'angle d'attaque original. Par exemple, si on parle des P.-V., on évoquera la remise des P.-V. d'Or en France, avec les amendes les plus absurdes. Et, bien sûr, à côté de ça, il y a des jeux, de la musique. Les rubriques ne durent jamais plus de 3 minutes et, entre deux séquences, il y a toujours quinze minutes de chansons.»

Comment marche l'émission?

«On n'a pas encore les chiffres, mais les réactions sont bonnes. On est notamment écouté par les gens en voiture qui rentrent chez eux, après un week-end dans les Ardennes ou une après-midi en famille.»

Vous qui aimez la voiture, vous êtes servi: vous êtes aussi coproducteur depuis la rentrée de l'émission Moteurs en télé (le dimanche matin sur TVi et le jeudi soir sur Club)...

«Effectivement. Il avait été question à une époque de la supprimer. Puis, on m'a proposé d'en devenir coproducteur. Je m'occupe des lieux de tournage, je gère l'équipe de production, je participe au choix des sujets... C'est un travail de l'ombre et j'adore ça! J'ai d'ailleurs commencé ma carrière par ça, en faisant de la prod. C'est très stimulant. Je retrouve l'angoisse de la page blanche.»

L'émission a changé depuis que vous vous en occupez?

«Elle a évolué sur le fond et dans la forme. Avant, c'était très limité au factuel. Maintenant, on précède l'événement, on fait des portraits de pilotes, on a accentué le côté coulisses. Et Didier de Radiguès, qui présente le magazine, fait un superboulot.»

Vous faites toujours des courses?

«On a terminé 5e du championnat de Belgique de VW Fun Cup, avec une victoire. On aurait pu faire mieux, mais le dieu de la mécanique n'était pas avec nous en fin de saison.»

En télé, vous continuez également Si c'était vous ...

«L'émission est reconduite pour 2006. La nouvelle formule, mise à l'antenne en septembre, me plaît, avec une présentation plus sobre. Et puis, je m'amuse énormément avec Albert Cougnet. Ce type est un fou. Avec lui, ça part toujours en vrille!»

Vous n'êtes donc pas près d'arrêter l'animation?

«Ça arrivera sans doute un jour, mais pas maintenant. J'aime bien l'antenne. C'est ma récréation!»

En début d'année, vous aviez monté un spectacle avec l'humoriste Olivier Laurent. Où ça en est?

«C'est fini. On a eu une divergence de point de vue sur l'orientation que devait prendre le spectacle. Je n'avais pas envie de le suivre dans la direction qu'il voulait donner. On s'est séparés. Mais l'envie de travailler sur un spectacle est toujours là!»

© La Dernière Heure 2005