Télévision Alexia Laroche-Joubert a redonné vie aux marionnettes de la télé.

Depuis le 11 décembre dernier, les Minikeums sont de retour à la télévision après 15 ans d’absence. Les marionnettes préférées des enfants et des plus grands ont cependant changé de chaîne. Elles ne sont plus à voir sur France 3, chaîne sur laquelle on les a retrouvées de 1993 à 2002, mais sur France 4, tous les jours à partir de 16 h 30. La personne à l’origine de cette résurrection ? Alexia Laroche-Joubert, nouvelle directrice d’Adventure Line Productions (depuis bientôt un an) qui se trouve également être la créatrice des premières téléréalités françaises, Star Academy et Secret Story. "Quand j’ai pris la direction d’ALP, l’une des plus anciennes sociétés de production, je suis allée voir ce qu’il y avait dans le grenier. En fouillant, je suis tombée sur les Minikeums. J’avoue que ça me parle car je suis de la génération qui a grandi avec ces marionnettes. Après discussion, on a décidé de les remettre à l’antenne", explique-t-elle.

Exit toutefois les anciennes marionnettes. Une nouvelle bande de cinq personnages inspirés par des personnalités a débarqué sur le petit écran. On retrouve donc Keva (Kev Adams), Loulou (Louane), Pog (Paul Pogba), Riha (Rihanna) et Normy (Norman). "On voulait un effet de bande et des personnalités différentes. Celles-là sont connues à la fois des enfants et des plus grands. Il n’y a donc pas de total décalage. Ce sont des jeunes pré-ados qui font rêver des jeunes et qui évoluent dans des domaines différents. Norman et Louane sont très contents des marionnettes qu’ils ont inspirées. J’ai envoyé une photo à Kev Adams et à Paul Pogba via les réseaux sociaux mais je n’ai pas eu de réponse. Je n’ai pas essayé Rihanna… (sourire)", explique la directrice d’ALP.

Utiliser d’anciennes marionnettes n’aurait pas été possible ?

"Remettre d’anciennes marionnettes, comme Coco (Antoine de Caunes), à l’écran aurait été difficile selon moi car je ne suis pas sûre que les enfants les auraient reconnues."

Les téléspectateurs retrouvent-ils le même genre de Minikeums qu’il y a 15 ans ?

"En quelque sorte. C’était déjà extrêmement drôle à l’époque, donc on reste dans cette lignée. Mais on ne rigole plus des mêmes choses. Il a fallu s’adapter aux différentes personnalités des marionnettes."

Le décor dans lequel elles évoluent a changé. On les voit désormais interagir dans un garage. Pourquoi ?

"À l’époque, les Minikeums investissaient les coulisses de la télévision. Aujourd’hui, on sait que les jeunes sont plutôt sur les réseaux sociaux. On trouvait donc plus sympa d’investir le garage de la maison des parents de Norman. Se retrouver dans une zone sans les parents et partager des moments entre copains, c’est ce qui fait rêver les jeunes de maintenant."

Pensez-vous que les marionnettes parlent encore à la jeune génération ?

"Je le pense, oui. Leur retour a, en tout cas, été très plébiscité. Il n’y a pas beaucoup de marionnettes à la télévision et je le regrette vraiment parce que j’en suis fan. Je pense réellement que les Minikeums ne peuvent pas vieillir. Ils sont intemporels."

"On étudie les mimiques sur Internet"

Pendant des années, il a animé l’ancienne génération des Minikeums sur France 3 (désormais enfants dans Les Guignols de l’info). Aujourd’hui, le marionnettiste Pascal Meunier reprend du service avec Keva, Pog, Loulou, Riha et Normy. Des marionnettes qu’il a dû apprivoiser. "On a reçu une sorte de bible des personnages. On y retrouve les traits de caractère de chacun d’entre eux. Ça nous aide à en savoir davantage sur la marionnette qu’on articule. On étudie également les mimiques via des vidéos postées sur Internet", nous explique celui qui a donné vie à une longue série de marionnettes. "Dans l’équipe, on essaye de ne pas être affilié à un seul personnage. Il y a généralement deux marionnettistes pour un personnage et ça depuis le début des Minikeums. On fait changer les équipes pour enrichir les personnages et ne pas tourner en rond."

Le personnage qu’il a préféré articuler ? "Coco ! Parce qu’il a à la fois un petit côté méchant et sympathique. Un peu comme Keva aujourd’hui", répond Pascal Meunier qui faisait partie des anciens marionnettistes des Guignols de l’info ou encore des Muppets en France. Si elles ne montrent plus le bout de leur nez aujourd’hui, ces marionnettes existent pourtant toujours. "Elles sont conservées dans un endroit qui n’excède pas les 18 degrés. Les marionnettes sont faites en latex et si la température n’est pas respectée, leur texture peut vite sécher et devenir comme un biscuit sablé. C’est assez fragile. C’est d’ailleurs pour cela qu’on a toujours au moins deux versions de chaque personnage."