Télévision

Earth Challenge. Tous les jours, Michel De Maegd nous relate son périple de 27.000 km en ULM

KOMODO "Imaginez... des collines accidentées comme si vous étiez à des millions d'années d'ici. Imaginez... des sous-bois de jungle comme seuls abris face au soleil où seuls les arbres centenaires tiennent tête à la boule de feu céleste . Imaginez... cette chaleur humide qui vous met en transe avec rien d'autre qu'une trop fine brise pour essorer l'écume de peau. Ces serpents dont la très dangereuse green pit viper, d'un vert presque fluorescent, qui du haut des arbres guette le moindre de vos gestes."

"Hormis cette nature débordante, pas d'âmes qui vivent... et nous sur le qui-vive dans cet univers qui vous propulse en quelques secondes vers la préhistoire. Deux heures trente de navigation sur un vieux rafiot au départ de Labuan Bajo à l'extrême ouest de la belle Flores pour découvrir l'intrigante île de Rinca dans le parc national de Komodo."

"Étrange décor pour un face-à-face inouï avec l'une des espèces animales les plus rares au monde : le dragon de Komodo. Un lézard géant pouvant atteindre trois mètres de long et cent kilos... Une espèce en voie d'extinction. Plus de 3.000 dans les années 90, on en compte désormais moins de 2.400."

"À peine débarqués du ponton que le premier de ces monstres d'écailles lézarde, débonnaire, vers nous. Mais cette nonchalance cache un réel danger. Quelques jours plus tôt, un de ces dragons s'en est pris à un garde du parc national. Une morsure fatale. Le malheureux s'est vidé de son sang sans espoir aucun."

"Nous serons donc aussi prudents que possible à Jurassic Park. Et de fait, en pleine forêt, l'un des reptiles s'emballe. À un mètre de nous, il secoue puissamment son corps pour regagner son nid. Le terrier se trouve face à nous. Panique. Jambes au cou. Sauve qui peut. Le guide du parc n'a pas eu la force de le retenir à la fourche. Le dragon retrouve sa cache. Tout est bien qui finit bien. Témoignage de cette impitoyable loi de la jungle, les crânes que l'on retrouve çà et là sur le chemin..."

"Quelques heures plus tard, en survolant ces terres hostiles à l'hostilité des hommes, mon esprit s'évade : Imaginez-vous un monde sans coraux, sans tortues, sans raies,... sans dragons ? Sans cette végétation qui fait de notre planète un joyau. Imaginez..."

en savoir plus

Infos : www.usf.be



© La Dernière Heure 2009