Télévision Ce mardi, Manu ouvrira les portes de sa ferme à ses prétendantes.

Fini les speed-datings, les agriculteurs de L’Amour est dans le pré accueillent désormais leurs prétendantes sur leur lieu de travail. Ce mardi, c’est au tour de Manu d’ouvrir les portes de sa ferme à Marie, Marie-France et Françoise. À 51 ans, le fermier montois a envie de trouver sa juste moitié, après deux ans et demi de célibat. "J’ai été marié assez tard. Maintenant, j’ai envie de refaire ma vie, de retrouver une famille", nous explique celui qui a toujours rêvé d’avoir des enfants mais qui ne pense pas que son vœu s’exhaussera un jour. "Je rêve de devenir père mais, à mon âge, je me vois mal rencontrer quelqu’un qui ait envie de faire des enfants. Plus jeune, j’avais évidemment mes idéaux. Je ne voyais pas ma vie sans rencontrer une femme et sans avoir d’enfants."

Cela faisait partie de vos critères lorsque vous avez sélectionné les lettres de vos prétendantes ?

"Non, pas du tout. En fait, je n’avais pas de critères. Je ne voulais pas choisir n’importe qui non plus. Il y a eu des coups de cœur, des hésitations et des choix clairs. En tout cas, je ne m’attendais pas à en avoir autant !" (rires)

Vous avez l’air d’être quelqu’un de très timide. Comment s’est passé le tournage de L’Amour est dans le pré ?

"Au début, c’est vrai que la présence des caméras est difficile à gérer. Je ne suis pas du genre à me mettre en avant. Avec le temps, j’ai commencé à me faire aux caméras. Je reste naturel, transparent."

En vous inscrivant à L’Amour est dans le pré, vous vous êtes, en quelque sorte, lancé un défi…

"Oui, mais je ne me serais jamais inscrit sans les conseils de mes amis. Ce sont vraiment eux qui m’ont poussé à envoyer ma candidature. De mon côté, j’ai toujours regardé l’émission avec un œil amusé mais sans penser y participer un jour."