Télévision Il y a tout juste 50 ans, le 10 janvier 1967 pour être précis, les Américains découvraient sur leur petite lucarne cathodique The Invaders, Les Envahisseurs en français.

C’est le jeune Roy Thinnes, alias David Vincent, qui était au générique de cette flippante série. Un TV show qui fit sa gloire mais provoquera aussi sa perte ! Et pour cause, ce clone de Paul Newman eut bien du mal après ces aventures à se départir de son image de gentil Terrien qui, pour son plus grand malheur, se retrouva une nuit, nez à nez, avec une sorte de tasse à cappuccino renversée en acier brossé et clignotant comme un stand de la fête à Neuneu !

Convaincu - pour de bon et depuis toujours - que l’univers est réellement peuplé de créatures intelligentes, nous avons retrouvé le sieur Thinnes. Bonne nouvelle, il vit toujours sur Terre et n’a pas le petit doigt en l’air - tels les E.T. qu’il combattait - quand il vous serre la main.

Bref, rencontre non pas du troisième type mais d’un drôle de type doté encore d’une belle énergie.

David Vincent… pardon Roy Thinnes, vous n’en avez pas ras la soucoupe, après toutes ces décennies d’être sans cesse identifié à votre personnage ?

"Non, dans la mesure où David Vincent m’a procuré argent et notoriété. Oui, dans la mesure où les scénaristes à Hollywood ne m’ont proposé longtemps que des rôles touchant au surnaturel ou au fantastique ! D’ailleurs pendant des années, à chaque fois que la presse faisait échos d’ovnis, le département de la sécurité aérienne des États-Unis me contactait. Pour l’anecdote, le jour où Les Envahisseurs furent programmés à la télé par une étrange coïncidence, un journaliste du JT signala l’apparition d’une soucoupe volante dans l’Arizona. Ma belle-mère qui, à l’époque, était chargée de mes relations publiques, fut alors soupçonnée d’avoir projeté dans le ciel d’immenses lueurs rouges."

Intox, je présume.

"Et comment ! Ma belle-mère était incapable d’allumer un réchaud. Alors, un projecteur, vous n’y pensez pas."

Quand on cite le nom de David Vincent et des Envahisseurs auprès des quinqua, ces derniers se souviennent très bien de ces moments où votre personnage se trouvait en mauvaise posture face à ces créatures venues d’ailleurs. Des scènes très flippantes et qui nous laissaient bouche bée. Surtout quand ces aliens mouraient et se volatilisaient dans une espèce de halo rouge. Avec le recul, comment expliquez-vous la disparition de cette série sachant qu’elle aurait pu durer des décennies ?

"Je crois qu’au bout d’un moment, la paranoïa ne faisait plus recette. Les téléspectateurs commençaient un peu à se lasser. Il faut dire que lorsque David Vincent était sur le point d’apporter des preuves irréfutables de la présence de ces envahisseurs sur notre bonne vieille terre, il s’apercevait que son interlocuteur en qui il avait fini par avoir confiance était l’un d’entre eux. Ce n’était pas très crédible à la longue. Sachant que ces aliens avaient aussi une malformation au niveau de leur auriculaire - qu’ils ne pouvaient pas plier, on se demandait pourquoi David Vincent ne passait pas systématiquement en revue les mains des gens qu’ils rencontraient avant de sympathiser avec eux ! D’un autre côté, je crois enfin que le public en avait assez des antihéros, des éternels losers . Ils n’aspiraient qu’à une chose, c’est qu’à la télé, on leur montre des supermen, des grands costauds fonceurs et téméraires et non plus des ingénieurs paumés ! Et comme je n’avais pas un physique de costaud, la trappe n’était pas loin."

Les retombées médiatiques de la série n’en demeurent pas moins phénoménales. Quelques épisodes de plus et je suis convaincu que vous auriez pu nous faire croire que les aliens existaient réellement !

"C’est gentil. Mais parlons de phénomène de société plutôt que de succès personnel. C’est vrai que des fans clubs se sont créés dans le monde entier. Aux États-Unis comme en Europe, cette série suscite d’ailleurs encore beaucoup de passion ! Parallèlement, des associations désireuses de soutenir David Vincent ont vu le jour. On m’a même parlé d’un Comité de Salut de la planète, organisant des colloques très sérieux. Bref, mon personnage a engendré toute une génération de fêlés d’ovnis et d’extraterrestres."

Et vous avez su garder les pieds sur terre face à une telle… invasion de fans-clubs !

"Plus que jamais car je savais que j’étais leur caution morale." (rires)

Des gens comme David Vincent, vous pensez qu’ils existent dans la réalité ?

"Des David Vincent avant moi et après moi, il y en aura toujours. Hormis les anonymes, l’histoire a retenu par exemple le prophète Ézéchiel, qui évoqua, quelque 600 ans avant J.C., des Globes de feu dans le ciel de Bagdad !"

Pour cette tranche d’histoire, vous êtes sûr que vous ne confondez pas avec les Scuds lancés durant la Guerre du Golfe?

"Écoutez, jusqu’à présent, je ne pense pas avoir montré des signes de sénilité."

OK. Auriez-vous d’autres David Vincent à nous proposer ?

"Oui. Dans un genre différent et plus contemporain, vous avez l’ancien président des États-Unis, Jimmy Carter. Lors d’un discours en plein air, Carter alors gouverneur en Georgie, aperçut un engin étincelant qui le laissa bouche bée. Comme de nombreuses personnes réputées fiables et crédibles, celui qui allait devenir président des États-Unis n’hésita pas à témoigner et à parler d’ovnis. Savez-vous que deux ans après la fin de la série, en 1969, le rapport Condon, un pavé de presque mille pages, ne recensa, sur un peu près 13.000 cas observés, que 5 % de canulars ou d’hallucinations?"

Quid des 95 % restant?

"Il y a des cas qui restent inexpliqués. D’autres sont probablement des phénomènes naturels, comme des fragments de météorites entrant dans notre atmosphère ou bien encore la réflexion de projecteurs dans les nuages, l’envoi de ballons-sondes météorologiques, l’expérimentation d’armes ultra-secrètes. On a évoqué aussi des débris de satellites qui prennent feu au contact de l’air, voire des nuées de lucioles visibles à des kilomètres."

Et ceux qui ont pris des photos ou des vidéos ?

"Pour la plupart, les autorités ou des experts leur ont dit que des poussières sur leur objectif, des taches sur leur pellicule au développement les avaient fait fantasmer. Il reste cependant une grande part d’inexpliqué, de mystère. Après la Seconde Guerre mondiale, les apparitions de soucoupes volantes sont devenues de plus en plus fréquentes. Des témoignages rapportent des observations d’ovnis au-dessus d’endroits stratégiques comme les bases militaires, et même des lieux politiques déterminants comme la Maison-Blanche. Nous étions, je vous le concède, en pleine Guerre Froide, et les Américains soupçonnaient tous les pays de l’Est de manigancer une quelconque attaque de l’Ouest… En 1973, un sondage Gallup révélait que 54 % des Américains croyaient à l’existence des ovnis. 11 % soutenaient en avoir vu."

Et les E.T., vous les décririez comment ? Au cinéma, par exemple, on en a vus de toutes les formes et de toutes les couleurs. Des êtres bipèdes, hexapèdes ou unipèdes, des sortes d’insectes avec une bonne demi-douzaine de doigts et aux yeux globuleux, des bizarreries fluo et macrocéphales crachant des vapeurs qui tuent, des gnomes glauques au pouvoir télépathique, etc.

"Dans la plupart des cas, les aliens sont décrits comme étant des humanoïdes. Ils atteignent un mètre en moyenne mais font parfois le double."

D’après vous, ont-ils des antennes, des appendices auditifs pointus comme Spock dans Star Trek, des glandes gustatives à la place des oreilles, une pustule mauve en guise de nez?

"Je constate que vous avez beaucoup d’imagination ! D’après certains témoignages et des descriptions lues dans des ouvrages spécialisés, les E.T. auraient le crâne rasé. Leur tête serait de forme triangulaire ou au contraire extrêmement ronde. De couleur blanche ou verdâtre. Des témoins ayant pu les approcher parlent souvent d’un, deux, voire trois yeux ! Certains évoquent un type asiatique dans le regard. D’autres parlent de halos de lumière pure tout simplement. C’est très variable."

Cela dépend de ce que l’on boit ou fume, c’est ça ?

"Ne caricaturez pas. Je vous assure que vous avez des témoignages qui sont tellement troublants, tellement déroutants que l’on ne sait plus quoi trop penser."

Et si demain, vous croisez un… vrai envahisseur au détour d’une route abandonnée, vous faites quoi ?

"Je l’embauche pour un reboot de la série ! (rires) "

À votre avis, ces E.T. sont-ils venus nous voir avec des intentions pacifiques?

"Ils seraient en général très cool et désireux d’en savoir plus sur nous. Certaines personnes ont raconté qu’ils communiqueraient par des sortes de gazouillements, voire des grognements. Dans certains cas, ils parlent plusieurs langues…"

Avec un accent très prononcé ?

Éclat de rire