Télévision

La direction de RTL Belgium a décidé lundi de mettre fin à la phase d'information et de consultation prévue par la loi "Renault" sur les licenciements collectifs, et ce malgré le refus des représentants des travailleurs.

Les cinq mois de discussions et en particulier les 20 réunions du conseil d'entreprise extraordinaire qui ont eu lieu depuis l'annonce d'un plan de restructuration ont permis de ramener le nombre de départs de 105 à 87, a également confirmé la direction du média privé à l'agence Belga. "La direction a pris acte ce jour du refus des représentants du personnel de clôturer la première phase de la procédure Renault. La direction regrette profondément ce refus qui contredit leur engagement pris en date du 18 janvier d'un passage 'imminent', 'd'ici peu', en phase 2", a-t-elle fait savoir lundi dans un communiqué interne dont Belga a pu prendre connaissance.

"Néanmoins, consciente de la nécessité de lever les incertitudes dans lesquelles le personnel évolue depuis la mi-septembre, ainsi que de l'urgence d'implémenter le plan de transformation, la direction a pris la décision de démarrer la phase 2 et, ce faisant, de clôturer unilatéralement la phase 1. Pour rappel, cette deuxième phase a pour objet de négocier les conditions de départ des personnes concernées par le plan", peut-on également lire dans le document.

La première réunion de la phase 2 est prévue mercredi.

Le 14 septembre dernier, la direction de RTL Belgium avait annoncé que son plan intitulé "#evolve" impliquait le licenciement de 105 personnes réparties dans tous les départements, enclenchant ainsi la phase d'information et de consultation prévue par la loi "Renault" sur les licenciements collectifs. Grâce aux contre-propositions soumises par les travailleurs, le nombre de départs a été ramené à 87.

Les noms des personnes licenciées ne sont pas encore connus mais la direction a précisé la répartition des suppressions d'emplois au sein des différents services. Les équipes qui travaillent pour la rédaction, la production des magazines et la structure administrative de l'entreprise seront les plus affectées.