Télévision Le personnel concerné par la procédure de licenciement collectif sera informé ces jours-ci de son sort

Depuis l’annonce du plan de restructuration #evolve, l’ambiance était pesante dans les couloirs de la RTL House, le siège du groupe à Bruxelles. Elle l’est encore plus ce matin avec les premières convocations auprès des ressources humaines des personnes concernées par le plan de licenciement collectif décidé par l’entreprise. C’est une semaine infernale que vont vivre les salariés du groupe appelés à le quitter, mais aussi ceux qui vont rester avec, parfois, un siège vide à côté d’eux.

RTL a décidé de phaser les rendez-vous auprès du responsable des ressources humaines. On sait déjà que 38 départs volontaires sont actés. Il reste donc 50 personnes à informer de leur licenciement.

Ce lundi, ce sont les gens travaillant pour la radio (hors rédaction) qui seront informés de ce qui les attend, ainsi que le personnel du support IT, des Ressources humaines et des départements des Finances et généraux. Les annonces concernant la régie publicitaire - qui est aussi concernée par la restructuration - s’étaleront sur deux jours : lundi et mardi. Mercredi, ce sera au tour du service Marketing d’être convoqué. Quant au personnel de la télévision et de la rédaction, les rendez-vous auront lieu du mardi au jeudi.

Certains noms qui disparaîtront des tablettes de RTL ont déjà filtré. C’est le cas de celui de Dominique Henrotte, présentateur de l’émission Place royale, qui est actuellement en déplacement au Canada avec la famille royale. Il a été informé avant son départ outre-Atlantique. Il affiche 26 ans de maison au compteur. Selon nos informations, le fait que certains noms aient fuité avant que les personnes concernées soient informées par la direction a aussi contribué à rendre le climat très lourd dans l’entreprise ces dernières heures.

Si l’ambiance est plombante dans les allées de la RTL House, le personnel ne manque pas de faire preuve de solidarité. Un groupe Facebook interne a vu le jour où chacun se serre les coudes. L’objectif étant de ne pas laisser les gens seuls dans leur coin alors que la société traverse la période la plus compliquée de son histoire. Certains ayant accepté un départ volontaire ont aussi décidé de ne pas partir tout de suite afin de ne pas mettre leurs équipes en difficulté.

Ce lundi, dans les allées de la RTL House, un autre sujet anime aussi les conversations : le message que Stéphane Pauwels a publié sur les réseaux sociaux à propos de ce qui se passe actuellement dans l’entreprise. Ainsi, un groupe Facebook interne a vu le jour à travers lequel les gens se serrent les coudes afin que chacun ne reste pas dans son coin en ces moments des plus pénibles. À noter également que certaines personnes ayant opté pour un départ volontaire ont accepté de rester plus longtemps afin de ne pas mettre leurs équipes en difficulté.

Ce qui pose débat, c’est sa prise de position. "RTL est une boîte privée et donc pas le service public…, écrit l’animateur. Elle fait des choix d’entreprise… Mais les départs de cette semaine font mal car il y aura toujours des larmes et de la tristesse. Des gens partent et, désolé, il y a des choix d’entreprise justifiés. Mais il y aura aussi des injustices… Ceux qui ont donné leurs vies et l’engagement. Pour ceux-là, je suis triste et j’espère qu’ils retrouveront du travail… Pour les syndicalistes qui frappent sur la direction à tout rompre, j’ai du mal." "J’ai le courage d’assumer, précise-t-il un peu plus loin avant d’ajouter que "pour qu’une entreprise puisse vivre, il faut des remaniements. [Je suis] certain que les décideurs - et j’en connais - sont triste de ces choix. Je suis triste pour certains. Pour ceux qui ne le méritent pas. Mais pas pour les révolutionnaires d’entreprise [vis-à-vis de qui] j’ai du mal… Parce qu’il est temps que RTL puisse revivre sans cette peur pour certains d’être virés." Pas sûr que ces propos soient appréciés par tout le personnel de RTL…