Télévision

Avec Claire et ses enfants, Son Altesse royale a visité les coulisses de RTL-TVI, hier, et l’un des dispensaires de sa Fondation.

"On était en négociation depuis des mois pour aller visiter un dispensaire de sa Fondation (il en existe 5 et un 6e sera inauguré en juin à Gand, NdlR), nous explique la journaliste de Place royale, Amélie Schildt. Et on a eu le go ce jeudi, qui tombait par hasard le jour des 15 ans de mariage du couple, pour visiter celui de Seraing."

La Fondation Prince Laurent, qui vient en aide aux personnes précarisées en leur offrant des soins vétérinaires gratuits pour leur animal de compagnie, tient particulièrement à cœur à Son Altesse royale. C’est pourquoi il a voulu la visiter en famille. "On l’a senti plus détendu, poursuit la journaliste de l’émission (laquelle sera diffusée ce soir à 20.20 sur RTL-TVI). C’est la première interview qu’il accorde depuis longtemps." Mais aucune question autour de la réduction à 15 % de sa dotation royale qui a été votée récemment. "Ce n’était pas le lieu,souligne la reporter. Ça aurait été déplacé. On n’a même pas essayé car ce n’était pas le but. On ne voulait pas rompre la vraie confiance qu’il a renouée avec Place royale . Il connaît notre réputation, qui est un gage de sérieux."

Place royale a donc suivi le prince Laurent lors d’une consultation menée par un vétérinaire dans le dispensaire de Seraing . "Vous devez savoir que tous ces gens vivent souvent seuls, explique le prince Laurent dans le programme. Et ils n’ont que leur animal de compagnie. Nous avons donc pensé que soigner cet animal de compagnie, c’était aussi soigner l’humain avant tout."

Très ému face au sort de certains animaux, le prince Laurent constate qu’il y a plus de 200 visites par mois, soit plus de 2.000 par an pour ce dispensaire (ce qui fait plus de 12.000 pour les cinq dispensaires de sa fondation) . "Je suis émerveillé par la vie et par l’animal car grâce à l’animal nous sommes qui nous sommes. Moi, j’ai un immense respect pour l’animal car il nous a permis, suite à l’évolution, de pouvoir être qui nous sommes."

"Soucieux du départ de Dominique Henrotte"

Venu également visiter les coulisses de l’émission avec ses enfants et son épouse hier, le prince Laurent était "plus en retrait mais très curieux, naturel et attentif, glisse Amélie Schildt qui a tout de suite été touchée par cette famille soudée. Avec ses enfants, c’est un papa poule. Il les filmait beaucoup avec son smartphone. Puis, le couple était aussi très soucieux de l’avenir de l’émission depuis le départ de Dominique Henrotte." Le journaliste emblématique du groupe RTL et de Place royale a été licencié par le plan #Evolve en ce début d’année. "Que ce soit Louise, Aymeric ou Nicolas, tous se sont essayés aux divers métiers de la télévision comme le montage, le mixage et même l’essai voix (sans oublier un test, coaché par Alix Battard, sur le plateau du JT ou en chauffeurs de salle du 71 avec Jean-Michel Zecca, NdlR). "C’était marrant car ils sont filmés tous les jours mais ils voyaient pour la première fois comment on construisait un reportage et des émissions. Ils sont restés presque deux heures dans nos locaux mais, s’ils avaient pu, ils seraient restés toute la journée (sourires) !"

Une tribu royale pour le Télévie

Après avoir visité les coulisses de la chaîne privée où la princesse Claire a avoué être fan du chanteur Calogero (en ayant aperçu l’un de ses autographes sur les murs) ou ses enfants reconnaître Stéphane Pauwels parmi les animateurs de la chaîne ("Ah oui, c’est le monsieur dans la petite voiture !", en référence à son émission Les Orages de la vie), la famille princière s’est associée à l’opération Tribu Télévie.

"En barrant ses joues de deux traits rouges en signe de soutien à la lutte contre le cancer, toute la famille a accepté avec enthousiasme de se prêter à l’initiative, communique ainsi RTL-TVI accompagné de leurs selfies. Pour rappel, chaque photo publiée sur les réseaux sociaux (Twitter, Facebook, Instagram) avec le hashtag #TribuTélévie, rapporte 1 euro à la recherche contre la maladie."