Télévision Philippe Reynaert présente ce samedi,à 19h15, le premier numéro de Média +

BRUXELLES Bye, bye Daphnée Roulier, hello Philippe Reynaert! C'est ce samedi, à 19 h 15, que Canal+ Belgique diffuse le premier numéro de son nouveau rendez-vous hebdomadaire consacré aux médias. Sorte d'équivalent belge de +Clair, que présente Daphnée Roulier en France, Média + se distinguera cependant à plusieurs égards de son modèle français. Et par uniquement par la forme des lunettes de son présentateur!

Comment avez-vous atterri sur Canal+?

`C'est tombé du ciel! Eddy De Wilde m'a appelé quelques jours avant Noël pour me proposer le projet. Je dois avouer que j'étais assez bluffé, parce que la dernière fois qu'Eddy et moi nous étions parlés, ça ne s'était pas très bien passé! A l'époque, j'étais directeur de création dans une agence de publicité, Young and Rubican, et je devais passer dans une émission de RTL, qui s'appelait Média pub . La veille de sa diffusion, Eddy a estimé qu'il ne pouvait pas passer sur RTL quelqu'un qui travaillait aussi à la RTBF! Nous étions donc restés fâchés. Pour l'anecdote, le patron de l'agence de pub était à l'époque Philippe Delusinne, qui dirige RTL!´

Et cela n'a finalement pas empêché Eddy De Wilde de vous rappeler...

`Effectivement. Il m'a expliqué qu'il estimait que j'étais l'homme de la situation et que le passé était le passé.´

Vous pensez qu'il est venu vous chercher en raison de votre expérience dans les médias?

`C'est vrai que j'ai un parcours assez diversifié. J'ai démarré dans la presse écrite. J'ai été éditeur d'un magazine de cinéma. Puis j'ai fait de la télé, de la radio. J'ai travaillé dix ans dans la pub. Et, maintenant, je suis directeur de Wallimage, qui est un fond d'investissement dans le cinéma créé par la Région wallone. Je cumule beaucoup d'expériences. J'ai un peu touché à tous les médias. Quand on m'a proposé de faire Média +, c'est tombé comme du pain béni!´

Que verra-t-on dans l'émission?

`On aura chaque semaine un invité fil rouge. Il s'agira de Jean-Louis Lahaye pour la première. Il incarne pour moi un grand professionnel de la télé, qui fait le poids face à pas mal d'animateurs français. Mais toutes les chaînes trouveront à s'exprimer. J'espère avoir bientôt Virginie sur mon plateau! Par ailleurs, on ne parlera pas que de télé. On abordera aussi la presse écrite, Internet, la pub. On parlera même des attachés de presse! Ce samedi, il y aura des reportages sur le changement de ton dans la communication de Belgacom ou les candidatures à la RTBF. En tout cas, on a beaucoup travaillé pour ne pas singer ce que fait Daphnée Roulier en France. Le ton sera du Reynaert à 100%, avec ce mélange de gentillesse, d'ironie et de coups de gueule.´

Vous restez malgré tout à la RTBF?

`Bien sûr. Avant de dire oui à Canal, j'ai pris la précaution d'en parler à Jean-Paul Philippot. J'ai quand même fêté en décembre mes 20 ans d'antenne à la RTBF et je n'avais pas envie de terminer une relation aussi longue. Philippot, qui a rencontré De Wilde, a été formidable. Il m'a réitéré son souhait de me voir continuer mes interventions dans le JT du mercredi midi et au Ciné-Club de La Deux, parallèlement à la présentation de cette émission sur Canal.´

Il paraît cependant que vous allez arrêter vos activités de critique?

`C'est vrai, j'arrêterai en juin. Wallimage, qui est mon principal boulot, est impliqué dans 13 longs métrages qui sortiront en 2003. Cela devient un peu compliqué d'un point de vue déontologique, car il est hors de question que je parle d'un film dans lequel je suis partie prenante. C'est une décision assez douloureuse. Par contre, si j'arrête la critique, je pourrais continuer à jouer mon rôle de vieux sage cinéphile dans une autre émission.´

© La Dernière Heure 2003