Télévision Julie Morelle, Jean-Louis Lahaye, Joëlle Scoriels et Jérôme de Warzée se sont frottés aux Associés, nouveau jeu de Sara de Paduwa, pour CAP 48.

Apprendre en s’amusant, c’est très bien, s’amuser pour la bonne cause, c’est encore mieux ! Une semaine à peine après le lancement des Associés sur La Une, le jeu télévisé de Sara de Paduwa se voit décliné en émission spéciale CAP 48, ce vendredi sur La Une. Une soirée placée sous le signe de la bonne humeur et de la générosité lors de laquelle quatre animateurs de la RTBF s’affronteront sur des questions de culture générale. Derrière les pupitres, on retrouve des visages bien connus du petit écran, à savoir Julie Morelle, Jean-Louis Lahaye, Jérôme de Warzée et Joëlle Scoriels, prêts à tout pour décrocher la plus grosse cagnotte !

"Je pense qu’ils se sont réellement amusés !", confie Sara de Paduwa en parlant de ses collègues ertébéens. "C’est difficile de faire des pronostics et de se dire qu’une personne va aller plus loin que l’autre. Tout est une question de chance. Ici, le but était vraiment de récolter un maximum d’argent pour la bonne cause."

Si aucun des quatre candidats ne s’est préparé à l’exercice, ceux-ci ont toutefois exceptionnellement été briefés, avant le passage à l’antenne, par la pétillante Sara de Paduwa. "En général, je ne vais pas voir les candidats avant leur passage sur le plateau. Je veux rester impartiale et avoir la surprise. Quand j’arrive sur le plateau, je n’arrive pas donc pas à déceler qui va aller loin ou pas. En même temps, tout est une question de chance", nous explique l’animatrice qui s’amuse de plus en plus en animant Les Associés. "J’avoue que j’étais assez tendue lors des premiers enregistrements. J’avais la mâchoire serrée. Ça me rappelait les premiers directs du 6-8 . Mais, plus on avance, et plus je me sens à l’aise dans l’émission."

À quoi avez-vous eu du mal à vous adapter en animant l’émission ?

"Le plus compliqué, c’est de laisser du suspens ! C’est quelque chose que Jean-Pierre Foucault maîtrisait très bien dans Qui veut gagner des millions ? Moi, j’ai mis du temps avant de me l’approprier. Encore maintenant d’ailleurs, j’ai du mal quand il faut faire croire au candidat qu’il a perdu alors qu’il a gagné."

Justement, vous inspirez-vous de certains animateurs pour Les Associés ?

"Je ne m’inspire pas, je reste moi-même et je me lâche. Mais, j’ai beaucoup de respect pour ces animateurs. J’aime bien le style de Jean-Luc Reichmann, par exemple. Je vois qu’il anime son émission avec le cœur et c’est très important."

Si elle appartient au même format que l’Eredita en Italie et des Douze coups de midi en France, Les Associés présente toutefois des différences. Quelle est la force de cette version selon vous ?

"Notre force à nous, c’est que c’est une production belge et que les questions sont 100 % belges ! Les candidats viennent aussi des quatre coins de la Belgique."

Comment vous préparez-vous à un numéro des Associés ?

"Je respire un bon coup et je lis toutes les questions et leurs explications avant chaque enregistrement. Je dois savoir me les mettre en bouche, comme on dit. Ça a un côté très chouette car, comme les candidats, j’apprends en m’amusant. Ce qui est marrant, c’est que certaines questions me rappellent ce que je voyais à l’école."

Quelle est l’étape du jeu la plus difficile pour les candidats ?

"Le duel parce que c’est un peu cruel. Mais, c’est le jeu. Je vous avoue que j’ai souvent mal au cœur quand je vois des candidats perdre lors de cette partie du jeu, surtout quand il ne leur reste pas beaucoup d’argent dans leur cagnotte."

Êtes-vous une fan de jeux de culture générale ?

"Même si je n’ai pas beaucoup le temps de les regarder, j’aime les jeux télévisés comme Tout le monde veut prendre sa place , par exemple. J’adore aussi les jeux de société. Plus jeune, je voulais toujours jouer avec les plus grands au Trivial Poursuit. Mais, j’étais trop petite pour pouvoir réellement jouer au jeu alors je dérangeais tout le monde !" (rires)

Comment arrivez-vous à vous en sortir avec les directs du 6-8 ? Les journées doivent être longues pour vous…

"Je m’absente quelques semaines du 6-8 pour enregistrer plusieurs épisodes des Associés au Médiarives de Liège mais je ne compte pas abandonner mon émission matinale pour autant. C’est mon bébé et j’y tiens ! J’avoue que ce sont des jours chargés puisqu’on enchaîne quatre émissions à la suite. Ce n’est pas évident pour mes enfants non plus parce que je suis contrainte de les déposer assez tôt à l’école et parce que j’enregistre le samedi aussi. Ça les rend parfois triste de ne pas m’avoir à côté d’eux le week-end mais je leur ai expliqué que c’était une chance de faire ça à la télévision. Ils ont compris et me soutiennent."

Julie Morelle: "J'avais des adversairs sérieux"

Si elle a pris du plaisir à participer aux Associés, Julie Morelle a dû faire face à des "adversaires sérieux" :"Alors que Joëlle manie bien les mots, Jérôme est un pro du Scrabble. Difficile de faire le poids !", lance la présentatrice du JT de la RTBF qui aime partager une partie de jeux de société, comme le Trivial Poursuit, avec ses proches lorsqu’elle a du temps libre. "Mon mari est assez fort à ce genre de jeux. Avec mes enfants, on aime donc le défier même si la victoire est parfois dure à aller chercher !" (rires)

Jean-Louis Lahaye: "On est là pour Cap 48"

Présentateur de La Grande Soirée CAP 48, Jean-Louis Lahaye ne pouvait pas manquer ce numéro spécial des Associés. "On s’est amusés comme des petits fous ! Avec une équipe pareille, c’était difficile de faire autrement. À la base, ce ne sont pas les animateurs les plus tristes ! On a donné du fil à retordre à Sara. Elle avait quatre personnes qui n’arrêtaient pas de déconner autour d’elle", lance l’animateur qui, même s’il n’était pas là pour gagner à tout prix, pour la compétition, voulait voir monter sa cagnotte pour la bonne cause. "On est là pour ramener des sous à CAP 48. C’est notre objectif principal."

Jérôme de Warzée: "L’un des plus grands fous rires de ma carrière"

"J’ai sans doute eu l’un des plus grands fous rires de ma carrière sur le plateau des Associés ! Au début de l’émission, je n’arrivais pas à donner une seule bonne réponse à Sara de Paduwa. L’humiliation totale ! (rires) J’espérais m’aider de mes années de Scrabble mais elles ne m’ont pas servi à grand-chose. Ce sont plus mes connaissances en culture générale qui m’ont aidé lors des différentes manches", explique Jérôme de Warzée qui se rappelle avoir, un jour, gagné la cagnotte du Mot Gagnant, un jeu de lettres animé à la fin des années 2000 par Nathalie Winden sur RTL-TVI.

Joëlle Scoriels: "J’étais totalement déstabilisée"

"Je prenais les premières questions pour des gags. Ensuite, ça s’est corsé, le risque de l’élimination était là et j’ai commencé à stresser. J’étais totalement déstabilisée. D’autant plus que je me considérais comme la plus nulle des quatre participants !", raconte Joëlle Scoriels dont les années de Sans chichis ont été bénéfiques pour venir à bout de certaines questions. "Je suis plutôt à l’aise avec les mots en général. C’est d’ailleurs pour ça que j’ai aimé les Duels. C’était une chouette expérience que je recommande même si je ne regarde jamais ce genre de jeu à la télévision."