Télévision The Voice Belgique 7 redonne de la voix dès ce mardi soir sur La Une. Rencontre avec BJ Scott et les trois nouveaux coaches du télécrochet dont le slogan est Là où naissent les étoiles.

"Je me suis surpris car je n’ai vraiment rien contrôlé au début, confie Slimane, l’un des nouveaux coaches (avec Vitaa et Matthew Irons de Puggy) dans The Voice Belgique. Alors qu’on est les premiers dans ce milieu à tous faire attention à notre image ou à ce qu’on dit. Et là, pas du tout. Mais ce n’est pas grave car c’est la particularité et la beauté de ce programme, que les gens soient là et parlent avec leur cœur."

Le chanteur de 28 ans, déjà considéré comme le chouchou de cette édition (cfr. dh.be vu que les blinds ont été enregistrés fin octobre dernier), est aussi le premier ancien de The Voice - il a gagné la saison 5 en France - à se retrouver dans le célèbre fauteuil rouge. "C’est en effet un peu particulier car j’ai été de l’autre côté de la barrière, j’ai donc parfois des ressentis différents. J’ai du mal à ne pas buzzer. Car je me mettais à leur place. Je me souviens de ce jeune garçon de 16 ans. C’était la première fois que je ne me retournais pas. Et j’ai eu les larmes aux yeux car je me suis imaginé, moi, là, il y a quelques années. C’est donc un peu difficile sur les premières fois mais, petit à petit, j’ai trouvé mes marques. J’ai trouvé ce que je peux apporter et je suis très content d’être là car c’est une aventure humaine incroyable. Un point important, aussi : comme je viens de la version française où l’on pense qu’il y a un niveau incroyable, je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait autant de gens avec un vrai potentiel ici. Je suis surpris de la bonne manière. Ce n’est pas pour rien si j’ai plus buzzer car il faut y aller, il y a du niveau !"