Télévision Les journalistes et animateurs de RTL Belgium ne peuvent pas montrer leurs tatouages à l’écran et dans la presse.

Sur le poignet, l’épaule ou encore sur l’entièreté des avant-bras, l’idée de marquer sa peau à l’encre indélébile est devenue pratique courante. La mode du tatouage ne plaît cependant pas à tout un chacun et peut, encore aujourd’hui, choquer certaines personnes. Voilà pourquoi RTL Belgium déconseille vivement à ses animateurs et journalistes de montrer leurs œuvres d’art à l’écran et dans la presse.

Lors de la Grande Soirée du Télévie 2016 en avril dernier, Jill, nouvelle speakerine de RTL-TVI, a, par exemple, été contrainte d’immobiliser son bras droit tatoué All we are is dust in the wind - en référence à la première chanson que sa fille a entendue à sa naissance - lors de son passage sur scène avec le girlsband du Télévie. Ce n’est d’ailleurs pas le seul tatouage que la jeune femme possède. En tout, elle en a huit et prochainement neuf puisqu’elle compte se marquer à vie la date de naissance de son fils à l’arrière de la cuisse. La même idée avait d’ailleurs traversé l’esprit de Sandrine Corman il y a quelques années puisque l’animatrice de RTL-TVI - elle aussi contrainte de cacher ses tatouages dans le cadre professionnel - a les dates de naissance de ses deux petits garçons tatouées sur son poignet.

Contacté par nos soins, Eusebio Larrea, le responsable des productions de RTL Belgium, nie toutefois toute existence de règles préétablies concernant la visibilité de tatouages sur les chaînes du groupe. "Il y a des émissions comme De quoi je me mêle ! où les tatouages pourraient être les bienvenus mais nous préférons que les animateurs et journalistes les cachent quand il s’agit d’émissions grand public. Cela pourrait choquer une partie du public. C’est également pour cela que l’on n’accepte pas l’exposition de tatouages dans la presse écrite. Toutefois, je pense qu’au fil des années, les mentalités vont évoluer et le tatouage à l’écran sera de plus en plus accepté", explique Eusebio Larrea, responsable des productions chez RTL, qui souligne toutefois que "le tatouage n’est évidemment pas un critère de sélection". "Ce n’est parce qu’un futur a

© Facebook
nimateur va se présenter avec un tatouage apparent à un casting que l’on va refuser sa candidature".

Aucune règle écrite n’existerait non plus du côté de la RTBF. Si Ophélie Fontana ne préfère pas exposer sa "pluie étoilée "- tatouage qu’elle porte sur le dos - à l’écran, Élodie De Sélys, dont le poignet est tatoué d’un sept - chiffre porte-bonheur représentant le nombre de personnes à la maison (son mari Benjamin Deceuninck possède d’ailleurs le même sur le torse) - et Dan Gagnon, qui possède une couronne représentant la Belgique sur un avant-bras et une feuille d’érable représentant le Canada sur l’autre, n’y voient pas d’inconvénient. "Ce sont des cicatrices volontaires", confie d’ailleurs le présentateur du Dan Late Show qui aimerait se faire tatouer le torse entier.

Le cas le plus marquant reste cependant celui de Fanny Gillard, présentatrice de Juste à temps ! sur La Deux, qui n’hésite pas à montrer son avant-bras criblé de tatouages ("Je me fais un tatouage à chaque fois que je réalise un rêve" à savoir la naissance de ses filles, la sortie de son premier album et ses débuts à la radio et à la télévision). Une situation qu’elle n’avait pas envisagée en passant le casting : "C’est visiblement mes tatouages qui ont tapé dans l’œil des casteurs. Ils cherchaient quelque chose de décalé et de jeune, qui s’inscrit bien dans l’ADN de La Deux", explique la femme de 34 ans dont le premier passage à la télévision a suscité énormément de plaintes et de commentaires négatifs. "J’étais inondée de mails d’insultes me disant que mes tatouages me rendaient vulgaire". Touchée par les commentaires, Fanny Gillard les a toutefois pris avec humour…

© Facebook

Ophélie Fontana

© Facebook

Jill Vandermeulen

© Facebook

Fanny Gillard

© Facebook

Sandrine Corman

© Facebook

Elodie de Sélys

© Facebook

Dan Gagnon