Télévision La soirée décernait le palmarès 2005 et récompensait les meilleurs de ces 20 années

PARIS Dès le début de l'émission, le ton est donné: les Victoires de la Musique fêtent leurs 20 ans d'existence. Un petit montage montre les grands noms qui se sont succédés sur scène, de Johnny Hallyday à Gainsbourg en passant par Patrick Bruel et Marc Lavoine.

Michel Drucker et ses comparses présentateurs rentrent dans un Zénith plein à craquer, où le beau monde de la profession côtoie le public. L'émission mêle le palmarès 2005 et les meilleures Victoires de ces 20 dernières années. La chanson originale préférée est décernée à Alain Souchon pour Foule Sentimentale, qu'il interprète avec son grand ami Laurent Voulzy.

Nagui rejoint Michel Drucker pour une séance de remerciement collective, du ministre au président de France 2, tout le monde y passe. C'est aussi l'occasion de présenter les artistes nominés pour la chanson originale de l'année, qui seront départagés par les votes du public le soir même. Les téléspectateurs sont appelés à voter par SMS, on se croirait presque sur TF 1. Les nominés chanteront tous en live au cours de l'émission et ce sont Jane Birkin et Mickey 3D qui ouvrent le bal.

L'album de chansons/Variétés de l'année va à M pour Qui de nous deux?, qui dédie cette récompense à sa fille et à sa femme ainsi qu'au public. Passe ensuite le premier magnéto un peu moqueur qui reprendra tout au long de la soirée les moments les plus cocasses depuis la création des Victoires. Les Choristes re partent sans surprise avec la Victoire de la musique originale de cinéma.

La chanson A la belle étoile de M est l'occasion de voir fleurir les autocollants soutenant la libération de la journaliste Florence Aubenas. Après l'avoir vu sur la veste de Carla Bruni, on le retrouve sur la guitare d'un des musiciens et Guillaume Durand lira un petit texte soutenant les otages détenus de par le monde. Les autres causes de la soirée seront la lutte contre le racisme, avec la présentation par Nagui des bracelets noir et blanc entrecroisés StandUpSpeakUp de Thierry Henry et l'aide aux victimes du tsunami.

Plusieurs hommages seront rendus lors de la soirée et le premier à en avoir les honneurs sera Sacha Distel, qui nous a quittés l'été dernier. Henri Salvador lui dédiera son interprétation de La belle vie, le titre qui a rendu Sacha Distel célèbre dans le monde entier. Plus tard, ce sera Patrick Bruel qui chantera L'Italien de Serge Reggiani.

Nadia remporte l'album rap/hip-hop/RnB de l'année, qui en perd ses mots mais cite la radio qui l'a soutenue depuis ses débuts, au grand dam de Nagui, obligé de nommer toutes les autres radios pour ne faire aucun jaloux et ne fâcher aucun partenaire de l'émission.

L'artiste féminine de ces 20 dernières années sacre Mylène Farmer, qui n'est pas présente pour recevoir son prix et qui sera plébiscitée par Guillaume Durand pour l'année prochaine. Quant à la révélation sur scène, elle va à La Grande Sophie, tout de rose vêtue et fort émue.

Michel Drucker a droit à un petit montage de ses différentes présentations lors de ces 20 ans de Victoires, rien de bien méchant. Jean-Luc Delarue y passe aussi, ainsi que ses jeux de mots plus ou moins douteux. Ils en profitent pour écorcher un peu la Star Academy, enjoignant les petits jeunes qui en sortent à venir les rejoindre sur le service public.

A l'heure de clotûrer cette édition, toutes les Victoires n'étaient pas encore distribuées. Les résultats complets seront dans l'édition de ce lundi.

© La Dernière Heure 2005