Télévision Éliminé après 43 victoires ce dimanche, Kevin est le recordman de l’émission de Nagui.

"Quand je regarde l’émission et qu’il y a une chanson que je ne connais pas, je la rajoute dans une playlist sur Spotify et je l’apprends quand je suis dans les transports en commun." Telle était la technique, révélée au Parisien, du candidat de tous les records.

Après 43 victoires au jeu quotidien N’oubliez pas les paroles sur France 2, Kevin a été éliminé ce dimanche 22 juillet en trébuchant sur une chanson de Brigitte Bardot (Sur la plage abandonnée). "C’est génial ! On ne peut pas avoir de regrets après tout ça, a réagi d’emblée le jeune homme de 25 ans sur le plateau de l’émission. Tous les musiciens étaient géniaux. Toute l’équipe est géniale, l’équipe au sens large, les casteurs, les maquilleurs…" Un trou de mémoire qui lui permet toutefois de remporter la somme de 410.000 euros. Soit le plus gros gain de l’histoire de la télévision publique ! "Kevin quitte l’émission avec 410.000 euros et devient ainsi le recordman de l’histoire des jeux de France Télévisions avec la plus importante cagnotte jamais remportée", a ainsi annoncé la société de production de N’oubliez pas les paroles par communiqué.

"J’ai un gros loyer aux États-Unis, a confié Kevin qui est en première année de thèse en Californie - et qui avait déjà cédé 7.000 euros à sa concurrente Marie afin de l’aider à sauver sa maman plongée dans un coma artificiel - auprès de 20 minutes. Ça va m’aider financièrement. Je vais peut-être acheter un studio à Paris et le louer pour payer en partie mon loyer à Berkeley. Je voudrais aussi faire un dîner avec les sans-abri à San Francisco."

Pour rappel, le précédent record pour France Télévisions datait de 2016, et s’élevait à 361.000 euros. Il avait aussi été décroché lors du jeu de Nagui, par un candidat prénommé Hervé. Le record absolu de l’histoire des jeux télévisés en France remonte quant à lui à 2004. En effet, une candidate de l’émission Qui veut gagner des millions ?, sur TF1, avait alors gagné un million d’euros.